Bastia 2-1 Lorient : la revue de presse

En dépit d'un arbitrage sur lequel on ne reviendra pas, le Sporting a réussi son pari en l'emportant face aux Merlus sur le score étriqué de 2 à 1. Trois points qui font un bien fou au classement avant d'aborder deux rencontres délicates à l'extérieur en championnat.

L'Equipe.fr : Malgré une infériorité numérique dès la 12e minute avec la sévère expulsion de Modeste, Bastia est parvenu à triompher d'une bien fébrile équipe de Lorient. Naïfs défensivement et peu efficaces devant, les Merlus cèdent à nouveau à l'extérieur.

FranceFootball.fr : Dans les autres rencontres de la soirée, Lorient a encore connu un déplacement délicat sur la pelouse de Bastia (1-2), pourtant réduit à dix dès la 12e minute de jeu suite à l'expulsion plutôt sévère de Modeste. Naïfs défensivement et peu efficaces devant, les Merlus (11es) voient donc les Corses (13es) revenir à une longueur au classement.

Football365 : Bastia a mis fin à une série de trois défaites d’affilée en L1. Les Corses ont profité de la réception de Lorient pour relancer la machine. Mais que ce fut dur ! En deux minutes, de la 10eme à la 12eme minute, la rencontre a basculé. Après avoir ouvert logiquement la marque, Modeste a été sévèrement expulsé pour une faute sur Monnet-Paquet. Bastia a logiquement reculé et s’est même fait rejoindre suite à un but de L.Koné. Mais la rage corse a été plus forte que l’envie bretonne. Les hommes de Frédéric Hantz se sont sentis lésés par l’arbitrage limite de M.Gautier. Du coup, ils se sont démultipliés sur le terrain pour, dans un premier temps, reprendre l’avantage. Et ensuite pour conserver cette courte avance. La clé de ce succès ? Un secteur défensif de nouveau rassurant.

Sports.fr : A l’arrêt depuis le début du mois de novembre, Bastia a repris sa marche en avant en Ligue 1 à la faveur d’un succès obtenu samedi aux dépens de Lorient (2-1) lors de la 14e journée. Une victoire au forceps alors que le club corse, désormais 13e du classement, à évolué à dix durant près de 80 minutes et pu compter sur une exemplaire combativité, à l’image de Palmieri, resté sur le terrain malgré une probable fracture du nez.
Une victoire qui fait forcément du bien. Promu dans l’élite du football hexagonal cette saison, le Sporting Club de Bastia apprend semaine après semaine au contact des meilleures formations du pays. Un apprentissage qui peut s’avérer douloureux, en atteste cette série de quatre revers de rangs enregistrée du 25 août au 22 septembre dernier. Quatre défaites à la suite auxquelles les hommes de Frédéric Hantz ont échappé ce samedi en venant à bout de Lorient dans leur antre d’Armand-Cesari pour s’offrir un bol d’air bienvenu après avoir subi, coup sur coup, la loi de Lyon, Valenciennes et Brest depuis le début du mois de novembre et encaissé pas moins de 11 buts durant ces trois matches.
Une opération portes ouvertes qui a pris fin ce samedi sur l’île de Beauté, même si les Merlus ont réussi à tromper la vigilance de Landry Bonnefoi à la demi-heure de jeu, grâce à une tête de Lamine Koné à la réception d’un coup franc frappé par Alain Traoré (1-1, 30e). Un but finalement sans conséquence pour un SCB qui avait réussi à ouvrir le score par l’intermédiaire d’Anthony Modeste, l’attaquant prêté par Bordeaux devançant Grégory Bourillon sur un centre de Julian Palmieri (1-0, 11e), et à reprendre l’avantage sur un tir précis de Wahbi Khazri décoché depuis l’entrée de la surface après la sortie aux poings de Fabien Audard pour repousser un centre de Florian Thauvin (2-1, 32e).
A dix durant 80 minutes...
Les trois points sont donc au rendez-vous pour les Bastiais, mais à quel prix ! Dans la même minute de son ouverture du score, Modeste récolte ainsi un carton rouge direct pour un tacle à retardement sur Yann Jouffre (12e), laissant ses coéquipiers en infériorité numérique durant près de 80 minutes. Un handicap que les promus ont réussi à surmonter, pour le plus grand bonheur de leur entraîneur, Frédéric Hantz, interrogé au terme des débats sur BeIn Sport: "Malgré l'égalisation, on a su trouver des ressources pour reprendre l'avantage. Ce que je regrette néanmoins, c'est qu'on ait évolué à dix pendant quatre-vingt minutes alors que pour avoir vu la faute, ça ne méritait pas de carton rouge. L'arbitre a manqué de discernement sur le coup mais on va retenir cette belle victoire méritée."
Une victoire précieuse puisqu’elle permet à Bastia de s’éloigner de la zone rouge en se hissant à la 13e place et frappée du sceau de l’abnégation, symbolisée par Julian Palmieri. Passeur décisif sur l’ouverture du score, le milieu de terrain âgé de 25 ans a ensuite été percuté de plein fouet par Audard sur le but de Khazri, s’occasionnant par la même occasion une probable fracture du nez. "J'ai le nez cassé, mais je ne vais pas faire la pleureuse. On met des coups, on en prend aussi. C'est ça le foot", réagira à la pause l’intéressé, seulement remplacé à la 70e minute de jeu. Palmieri ou la représentation du mental de guerrier dont font preuve des Bastiais bien décidés à ne pas reprendre l'ascenseur au printemps prochain.

Eurosport.fr : "12 minutes. C’est le temps qu’aura passé Anthony Modeste ce soir sur la pelouse de Furiani. Assez pour en faire le héros de la soirée, tant l’ancien Bordelais a influé sur le déroulé de la rencontre entre Bastia et Lorient (2-1). En moins d’un quart d’heure, Modeste a en effet vécu un vrai panel d’émotions, du meilleur au pire, pour finalement observer des tribunes la victoire de ses coéquipiers, réduits à 10 pendant 80 minutes, mais qui ont su résister aux assauts lorientais. D’abord, le Bastiais a ouvert le score en reprenant parfaitement un centre de Palmieri du pied gauche (1-0, 10e). Puis presque dans la foulée, il a écopé d’un carton rouge très sévère, après avoir effleuré la cheville Monnet-Paquet (12e). Même en infériorité numérique, les hommes de Frédéric Hantz ont su réagir à l’égalisation de Koné (31e) en repassant devant grâce à Khazri (35e). Un scénario heureux qui fait de Modeste le héros malgré lui d’une soirée très particulière."

Sport.fr : Comme ses voisins rennais, Lorient n'a pas non plus réussi à enchainer, une semaine après avoir renoué avec la victoire devant Lille (2-1). La faute à la "grinta" de Bastia (2-1). Les Merlus ont pourtant évolué quasiment tout le match à 11 contre 10 suite à l'expulsion très sévère de Modeste (12e), alors que ce dernier venait tout juste d'ouvrir le score (11e). En supériorité numérique, les joueurs de Christian Gourcuff parvenaient à égaliser sur une tête de Koné sur un coup franc (30e). Mais les Corses s'arrachaient pour reprendre l'avantage très rapidement par Khazri (32e). Un avantage définitif pour une équipe de Bastia héroïque après trois défaites consécutives en L1 et désormais 13e au classement, à un petit point de sa victime du jour, 11e.

Sport24 : A dix pendant près de 80 minutes, Bastia a résisté pour s’imposer face à Lorient à Furiani (2-1). Les Corses remontent au 13e rang et s’éloignent de la zone rouge.
Furiani résiste encore aux Merlus. Troisième confrontation au sein de l’élite entre ces deux clubs en terre corse, et troisième victoire du SCB, qui se donne de l’air au classement. Désireux de se racheter après trois défaites consécutives en L1, les Bastiais avaient démarré tambour battant cette rencontre. Khazri était le premier à dégainer mais il trouvait Audard sur sa route (8e). Le portier breton s’inclinait en revanche sur la reprise instantanée de Modeste, qui profitait d’un service remarquable de Palmieri (1-0, 11e). Mais à la manière d’un Adebayor expulsé quelques minutes après avoir marqué lors d’Arsenal-Tottenham le 17 novembre dernier, Modeste imitait son homologue d’Outre-Manche. Pour un tacle plus spectaculaire que dangereux, le buteur voyait rouge à peine soixante secondes après avoir fêté son but (13e). Lorient s’appropriait logiquement le cuir et après avoir testé la vigilance de Bonnefoi, égalisait. Sur coup franc, Alain Traoré déposait le cuir sur la tête de Lamine Koné (1-1, 31e).
Rejoints au score, les Corses compensaient leur infériorité numérique par leur envie débordante. Si Audard parvenait à casser le nez de Palmieri sur sa sortie, il ne pouvait rien face au coup de pétard de Khazri (2-1, 35e). Yatabaré ne trouvait pas la même réussite en butant sur le portier breton (42e). Pas plus que Thauvin, qui croisait trop sa tentative (45e+3). La fatigue adverse aidant, Lorient mettait de plus en plus à contribution Bonnefoi (48e, 90e). Antony Gauthier trainant à siffler la fin du match, le spectacle s’intensifiait alors dans les dernières secondes. Après que le jeune Abdoulaye Keita eut trouvé le poteau (90e+3), Aliadière manquait l’égalisation à cause une fois encore d’une belle parade de Bonnefoi (90e+4). Un arrêt qui permet aux Corses de retrouver le goût de la victoire et de préparer au mieux le quart de finale de Coupe de la Ligue qui s’annonce mercredi à Lille. Lorient, en revanche, ne confirme pas son bon résultat obtenu face à ces mêmes Dogues la semaine dernière (2-0).

À lire également

Ricevete a lettera