Bastia commence -très- fort

On ne s'attendait certainement pas a un score aussi flatteur ce vendredi à Propriano où les bleus disputaient leur première rencontre amicale de la saison face au GFCA. Plutôt biens en jambes, les partenaires de Yannick Cahuzac se sont en effet imposés sans trop de difficultés sur le score fleuve de 5 buts à 1.

Pour leur première sortie estivale, les bastiais étaient donc opposés à leurs homologues gaziers qui redécouvriront le monde professionnel le 27 juillet prochain. Cette rencontre était l'occasion pour Frédéric Hantz de faire une revue d'effectif en clôture du stage qui s'est déroulé ces derniers jours dans le Valincu.
Il ne fallait d'ailleurs que peu de temps aux bastiais pour se mettre en évidence. Visiblement animés d'excellentes intentions, ils ouvraient le score dès la huitième minute de jeu consécutive à une belle percée de Julian Palmieri, avant que Sambou Yatabaré ne trouve le bon relai de Toifilou Maoulida qui ouvrait la marque. Les choses s'emballaient même très rapidement, puisque le passeur décisif se muait cette fois-ci en buteur en reprenant un centre de Wahbi Khazri mal apprécié par la défense ajaccienne. Et cela était loin d'être fini.
Pris au piège d'une équipe bastiaise à l'aise techniquement, les pensionnaires de L2 encaissaient un troisième but sur une tête de Maoulida suite à un centre millimétré de Jérôme Rothen.
Ce dernier allait une nouvelle fois être à l'oeuvre quelques minutes plus tard, sur corner ce coup-ci, lorsque sa passe trouvait les pieds de Khazri mais surtout de Marque qui reprenait en force et offrait un quatrième but à ses coéquipiers.
Assomés, les gaziers réagissaient par l'intermédiaire de Mandrichi qui trouvait Novaes sur son chemin. Mais alors que l'on pensait que les hommes de Veilex allaient revenir dans la partie, les bleus leur donnaient de nouveau du fil a retordre avec Thauvin à la baguette, qui aurait pu trouver le cadre, tout comme Maoulida quelques instants plus tard.
Finalement, c'est à l'heure de jeu que les rouge et bleu réduisaient logiquement la marque, suite à une relance manquée de Sodini qui profitait à Verdier.
Si la partie devenait alors plus équilibrée, ce sont bien les bleus qui parachevaient la marque par un cinquième but, l'oeuvre de Salim Moizini qui reprenait sans trembler un centre en retrait de Genest qui avait pu profiter de l'excellente percée de Palmieri.
La messe était dite, le Sporting remportait sa première manche d'une campagne estivale qui s'annonce aussi chargée qu'intense !

UNITI VINCEREMU

En raison d'un problème de réseau, nous n'avons pu transmettre le résumé de la rencontre en temps et en heure. Veuillez nous en excuser.

À lire également

Ricevete a lettera