Communiqué du collectif des victimes du 5 mai 92

Suite à l'entretien que nous a accordé, M. Louis Le Franc, préfet de Haute Corse cet après-midi, ce dernier s'est engagé à être notre relais et interprète auprès du gouvernement. Ainsi, nous lui avons précisé que la décision prise par la FFF, ce jeudi, ne correspondait en rien à nos attentes, ni sur la forme ni sur le fond. Nous lui avons confirmé que nous n'attendions plus rien des autorités du football français qui à nos yeux sont complètement discréditées. Si deux projets de lois ont été déposés à l'Assemblée Nationale, il revient également au gouvernement de prendre clairement position sur ce dossier, voire d'imposer son point de vu qui rejoint le notre, puisque Mme Valérie Fourneyron , ministre des sports répondait le 3 septembre dernier à une sollicitation du président de la CTC en ces termes : "je pense également que le souvenir de cette tragédie justifie que la date anniversaire du 5 mai soit sacralisée à l’échelle nationale".

Le Collectif des Victimes du 5 mai

À lire également

Ricevete a lettera