Communiqué du groupe BASTIA 1905

"Au vu de la polémique abracadabrantesque que tente de lancer Alain Orsoni suite à ce derby, sans doute pour éviter de regarder la responsabilité écrasante des siens, Bastia 1905 tient à réagir :

Premièrement, ni le groupe ni aucun supporter bastiais n'ont attaqué le cortège acéiste entre leur sortie des bus et l'entrée en tribune ouest. Ces mêmes acéistes, après avoir vandalisé des commerces et des voitures à Corte une heure auparavant, sont arrivés devant le stade en lançant fumigènes, bombes artisanales et pierres sur la foule amassée aux alentours de l'enceinte. Un début d'incendie s'est déclaré dans le centre de formation et les voitures des jeunes joueurs du Sporting garées à côté de celui-ci ont subi de lourds dégats. Des familles présentes aux alentours ont été touchées, d'autres violemment choquées. En réponse, une petite frange de supporters bastiais, vite calmés par les cadres du groupe, ont riposté avec des jets de pierres. Quoi qu'il en soit, en aucun cas ces incidents ne sont imputables aux supporters bleus. Des centaines de témoins peuvent appuyer cette version véridique et objective des faits, ainsi que des vidéos circulant sur les réseaux sociaux.

Une fois rentrés dans le stade, les acéistes ont bafoué la mémoire de nos morts en chantant des slogans offensants sur la catastrophe du 5 mai, à tel point que le journaliste Didier Grassi, blessé lors de cette catastrophe, est sorti de ses gonds et a dû être retenu par plusieurs stadiers. De nombreuses personnes peuvent témoigner de cet évènement dépassant les limites d'une rivalité sportive.

Dans les dix dernières minutes du match, ces mêmes acéistes ont jeté sur la tribune familiale adjacente des dizaines de piles, de hampes de drapeaux et autres boulons, obligeant les stadiers à créer une zone tampon pour protéger les supporter bastiais attaqués sans raison et dont le calme face à cette agression a évité une interruption du match.

Il est à préciser que les supporters de l'AC Ajaccio sont arrivés à Bastia lourdement armés, de nombreuses armes telles que des poings américains ou des matraques télescopiques ayant été retrouvées dans leur bus ainsi que de la poudre noire servant à fabriquer des bombes artisanales. Pour de pauvres victimes sur qui toute la Corse devait pleurer, c’est pour le moins étrange. Mais bien entendu, le Président de l’ACA se gardera bien de parler de cela dans sa campagne de communication.

Non, les supporters bastiais ne sont pas responsables des incidents extra sportifs de la rencontre d'hier soir. Non, en aucun cas, ils n'ont voulu en découdre avec des supporters qui n'avaient, pour eux, aucune espèce d'importance. Personne n’est en droit de reprocher à quelqu’un d’avoir renvoyé une pierre qu’il a reçue ou qu’un membre de sa famille a reçue.
Non, les supporters bastiais n'ont aucune leçon de courage, d’honneur ou de valeurs en général à recevoir de M. Orsoni dont l’attitude provocante lors de l’avant match n’a certainement pas contribué a pacifier le climat.

Il est indispensable de s’élever contre la désinformation pratiquée par le club de l'AC Ajaccio à travers son président condamnant des "comportements criminels". A-t-on besoin de soulever le burlesque de cette sémantique au vu du pedigree judiciaire de celui qui la porte ?

Nous nous inscrivons en faux et dénonçons une propagande mensongère autour de ce match qui a été le théâtre d'une leçon de football sur le terrain et d'une leçon de supporterisme en tribune. Voir un stade vivant et un public passionné a certainement dérouté joueurs, staff et spectateurs/hooligans de l'ACA, mais cela ne les autorise en rien à mentir éhontément en travestissant une réalité peu glorieuse pour eux et en se servant d’image d’enfant pour faire pleurer le bon peuple qui fort heureusement n’est plus dupe par rapport aux mensonges et à la victimisation permanente de certains…"

À lire également

Ricevete a lettera