Frédéric Hantz : «notre destin en mains»

SCOPQR26Q1_GB_SCB-TFC.jpg

Suite au match nul et vierge entre bastiais et toulousains, les deux entraineurs se sont exprimés en salle de presse. Voici leurs réactions à chaud.

Frédéric Hantz : «Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ce soir ? C'est l'éternelle question. Toulouse est une équipe difficile à manoeuvrer et ils ont été très costauds. Les deux équipes se craignaient et cela s'est vu dans le jeu. Le regret vient de la seconde période, où nous n'avons pas su profiter de nos occasions. Mentalement, nous ne nous sommes pas mis dans des dispositions pour jouer rapidement et cela s'est ressenti au début du match. On se doit de rester positif et continuer à travailler. On est à 40 points et psychologiquement, c'est important. Nous avons notre destin entre nos mains. On avance et c'est une bonne chose.»

Alain Casanova : «Le nul est équitable car chaque équipe a eu sa mi-temps. En première période, nous avons eu beaucoup d'occasions que nous n'avons pas su concrétiser. En revanche, je ne suis pas satisfait de notre seconde mi-temps. Nous avons trop subi. Nous n'étions plus dans nos intentions. Nous avons subi la vitesse des Bastiais et nous avons raté trop de choses en faisant preuve de suffisance. Certes, ce match nul stoppe notre série de défaites, mais nous ne pouvons pas nous contenter de ça. Je regrette que nous ne nous profitions pas de nos qualités et que nous n'exprimions pas notre potentiel. Nous devons avoir d'autres ambitions, mais ce point du nul est important pour le maintien.»

À lire également

Ricevete a lettera