Jacques Faty : "un plaisir pour moi"

IMG_7736.jpg

Le défenseur international sénégalais Jacques Faty, tout juste arrivé aujourd'hui, a participé à sa première séance d'entrainement sous le maillot bleu. Retrouvez les premiers propos du numéro 12 bastiais.

Jacques, vous voilà enfin à Bastia…
C’est vrai que ça a mis un peu de temps. Venir à Bastia a toujours été un plaisir pour moi, déjà à l’époque en tant qu’adversaire et désormais en tant que joueur de ce club qui a une longue et belle histoire. Ça me fait vraiment du bien.

Pouvez-vous nous rappeler votre parcours ?
J’ai débuté au Stade Rennais où j’ai évolué durant sept saisons et où j’ai signé professionnel, avant de rejoindre pour un an l’Olympique de Marseille, puis trois ans le FC Sochaux. Enfin, j’ai découvert la Turquie où j’ai joué durant un an et demi à Sivasspor et me voici désormais à 28 ans du côté de la Corse et de Bastia.

Qu’est-ce qui vous a incité à venir ici ?
Le discours cohérent de l’entraineur, l’histoire de ce club que je voulais découvrir car la Corse reste quand même une énigme pour moi ne la connaissant pas, vu que je viens de l’hexagone vraiment profonde. Mon frère est lui de l’autre côté, ce sera un match vraiment intéressant face à Ajaccio. Je suis déjà impatient de le jouer… si je le joue bien évidemment.

Un petit mot sur votre poste de prédilection ?
J’ai été formé en tant qu’arrière central, maintenant, certains coachs, dont Francis Gillot, m’ont beaucoup utilisé en tant que latéral droit. Je peux donc rendre service sur ces différentes parties du terrain.

Vous connaissez le public, le voilà désormais avec vous ?
C’est vrai que lorsqu’il était contre moi ça faisait mal (rires) ! Maintenant je l’aurai de mon côté et ce sera à moi de répondre aux attentes des supporters, du président, de l’entraineur et des joueurs. En tous cas, j’espère vraiment apporter à ce club.

Vous avez conscience que l’on attend beaucoup de vous ?
Oui, même si je ne viens pas comme un messie, je sais que je vais essayer d’apporter ma pierre à l’édifice comme j’ai toujours essayé de le faire là où je suis passé. Une chose est certaine, je donnerai le maximum de façon à ce que l’on puisse se maintenir le plus tôt possible.

À lire également

Ricevete a lettera