Le député Gandolfi-Scheit réagit

FO7G1746.jpg

« FAUDRA-T-IL BIENTÔT QUE LES CORSES PORTENT UN SIGNE DISTINCTIF POUR SE RENDRE SUR LE CONTINENT ? »

Je tiens à dénoncer publiquement à la fois l’esprit et la formulation de l’arrêté ministériel pris le 25 Septembre par M. le ministre de l’Intérieur Manuel Valls en marge de la rencontre de football Nice-Bastia. Si la loi en vigueur permettait en effet au Préfet des Alpes-Maritimes d’interdire l’accès de l’enceinte du stade du Ray aux supporters bastiais pour des raisons de sécurité, il n’était nul besoin de venir amplifier cette mesure qui, en induisant la fermeture totale du secteur visiteur, condamnait par principe tout déplacement organisé de supporters et réduisait quasiment à néant tout risque d’incidents.

Or, avec un zèle dont on aimerait qu’il fasse preuve sur d’autres dossiers impactant tant la Corse que le territoire national, M. Valls a cru nécessaire d’aggraver la mesure administrative en interdisant tout déplacement individuel ou collectif et par tout moyen, de toute personne favorable au club de Bastia, sur tout le territoire de la commune de Nice et pendant une durée de 24 heures !

Pour le moins exceptionnel pour ne pas dire inédit, cet arrêté imprécis et globalisant impacte en réalité la population insulaire elle-même. Sachant en effet que depuis des décennies le Sporting est considéré comme le porte-drapeau de la Corse, comment faire le distinguo entre un supporter risquant d’en découdre et un citoyen insulaire ? Sur quels critères les forces de l’ordre vont-elles se baser pour effectuer leur contrôle ? Les dirigeants du SCB, les accompagnants et les médias insulaires qui pourtant se « prévalent » d’un soutien au club, vont-ils être placés en garde à vue et condamnés à une peine de 6 mois de prison ferme comme le prévoient les textes pour les contrevenants ?

Aucune de ces questions n’est tranchée par cette mesure du ministre, par trop globalisante et donc potentiellement discriminante. Il n’est pas question pour moi de nier les comportements violents autour des enceintes sportives, et je les condamne sans ambigüité. Il n’en demeure pas moins qu’en tant que membre de la représentation nationale, je pose les questions suivantes : Faudra t-il bientôt que les Corses soient munis d’un signe distinctif pour se rendre sur le Continent ? Pourquoi une telle panique concernant les supporters Corses, alors que les déplacements des supporters stéphanois et lyonnais sont eux autorisés, sans que ne pleuvent de telles mesures administratives ? Est-ce un problème de moyens humains, ou autre ?

Dans l’attente d’une réponse à ces questions qui dépassent désormais les simples amateurs de football, je tiens donc à témoigner à l’ensemble des supporters du SCB et au club qui devra jouer ce crucial derby de la Méditerranée sans l’appui de son public, ma sympathie et mon soutien. Le football doit rester une fête et un lieu de partage, et supporter son équipe n’est pas un crime. C’est pourquoi j’ai aussi une pensée pour toutes les personnes blessées ou choquées Samedi dernier à l’issue de la rencontre contre le PSG. Facteurs sans équivalent de lien social, le football et le Sporting doivent être encouragés par les pouvoirs publics et non pas montrés du doigt par des responsables parfois dépassés par les évènements.

Forza Bastia, Uniti Vinceremu.

Dr Sauveur GANDOLFI-SCHEIT
Député de la Haute-Corse
Maire de Biguglia

À lire également

Ricevete a lettera