Mathieu Cesari : "le Sporting compte dans l'île"

IMG_7719.jpg

À l'heure où le Sporting s'apprête à débuter sa trentième saison parmi l'élite, Mathieu Cesari, dirigeant en charge de la communication et des relations avec les supporters fait le point sur les projets à venir et nous livre ses sentiments sur l'évolution du Club depuis son arrivée.

Présenté la saison passée, le projet intitulé "franchemu u passu" est quasi-bouclé. Quelles projections faites vous pour le futur ?
Après avoir terminé en une saison ce projet imaginé sur trois ans, même si ce n'est pas tout à fait le cas étant donné que nous ne pouvions tout réaliser une quelques mois, il fallait repartir sur de nouvelles bases avec de nouveaux objectifs. Cette idée a d'ailleurs rapidement été approuvée par le Conseil d'Administration. Le projet s'appellera tout simplement "A CORSICA VINCE" et sa durée de vie sera de quatre ans avec pour objectif avoué d'installer durablement le Club dans l'élite du football français.
Nous aurions souhaité le présenter avant la première rencontre à domicile mais les événements font que nous ne savons toujours pas si nous pourrons recevoir Reims mi-aout. On peut donc raisonnablement penser que nous le dévoilerons au public aux alentours du 5 septembre, étant donné que le championnat fera relâche à ce moment-là et que le rendez-vous annuel avec le Cullettivu di i Sustenitori Bastiacci devrait également avoir lieu durant cette période.

La campagne d'abonnement se déroule t-elle comme vous l'envisagiez ?
Clairement, oui. Nous sommes a très peu de choses près à 8 000 abonnés. Du coup, on peut rêver au cap des 10 000, plus pour la symbolique et l'aura que ça donnera au Sporting vis-à-vis des autres clubs français et surtout des instances. On va donc essayer d'atteindre ce chiffre fin août. Il faut donc que toutes celles et ceux qui n'ont pas encore fait l'effort de s'abonner le fassent avant cette date afin de montrer que ce qui n'était même pas imaginable il y a quelques mois est aujourd'hui c'est devenu réalisable. Le Sporting est un club qui va compter en première division, rien que de part cet aspect-là.

On imagine qu'elle représente le point d'orgue de ce nouveau projet ?
À notre arrivée en décembre 2009, nous étions 1 000 abonnés en Ligue 2, puis 2 000 l'année suivante en National, plus du double l'an passé et cette saison, nous pensions passer de quasiment 5 000 à 8 000. C'était déjà un miracle qui démontre forcément que c'est bel et bien un point d'orgue de cette démarche. Ca montre que le Sporting compte dans l'île et ça permet également de se mesurer à certains grands clubs français. C'est très encourageant, nous sommes sur la bonne voie et le public nous le prouve en venant s'abonner. Ils savent que nous sommes sur une voie communément tracée et partagée. Nous avons quatre ans pour installer le Club de manière quasi-définitive en Ligue 1.

Le Sporting devrait en théorie à nouveau jouer l'une de ses rencontres hors de ses bases. Encore une fois, l'appel du Club n'a pas été entendu par les instances fédérales. Quelle est votre position à ce sujet ?
On va tout simplement essayer d'aller au bout de la démarche en saisissant le CNOSF. On a vu que ce Comité a déjà rendu son avis pour l'AJ Auxerre et il le fera pour le Sporting de manière très rapide. Je reste persuadé que les gens ne comprennent tout simplement pas. Ils imaginent peut-être que les supporters viennent au stade pour pratiquer et faire de la violence, alors que ce n'est absolument pas ça. Leur atout principal est de faire la fête. Il est normal que comme partout ailleurs de petits débordements soient à noter, surtout dans un stade plein. J'aimerais vraiment que tous les stades de France soient plein comme le notre pour qu'ils puissent comprendre qu'il n'est pas évident dans ces cas-là de respecter parfaitement tout ce qu'ils souhaiteraient que nous fassions. Aujourd'hui, nous avons un stade en travaux, il n'est donc pas évident de leur faire comprendre que rien n'est fini, que tout est en train de se mettre en place, les groupes de supporters également, et surtout Bastia 1905, qui fait un travail colossal pour que tous ceux qui viennent en tribune Est soient animés d'un sentiment de fête, de joie, de tifo, mais en aucun cas pour allumer ou jeter des fumigènes, choses évidement nuisible pour tout le monde. À partir du moment où nous tirons tous en ce sens, que le développement est général, j'espère que les instances se déplaceront pour voir, comprendrons et arrêteront de nous sanctionner systématiquement, chose qui coute cher en matière de notoriété et bien plus encore sur le plan financier. Nous avons trois sursis au-dessus de la tête et s'ils venaient à tomber, le Club ne pourrait rester en Ligue 1 et la perte liée à cela serait d'au moins 1M€. Vraiment, j'aimerais que les instances viennent voir que chez nous tout est fait dans un esprit festif et non l'inverse.

On parlait de ferveur, depuis l'insoupçonné sursaut du Club, on ne parle plus seulement de match, mais de véritable événement à chaque représentation des joueurs devant leur public…
Exactement et c'est ce que nous voulions. On avait à coeur à ce que Furiani redevienne Furiani. C'est d'ailleurs la première chose que nous avions dit à nos supporters en les rencontrons en décembre 2009. Pas seulement pour le nombre de points glanés à domicile, même si nous sommes très heureux d'être invaincu depuis deux saisons à domicile, mais en même temps on voulait refaire du stade un lieu de fête, de macagne et redonner l'envie aux gens de se détendre, d'apprécier le jeu, supporter et être fiers de leurs couleurs. Et du coup, on a l'impression que les instances se disent "c'est le retour" de tout ce qui faisait avant le symbole du Sporting. C'est le retour de tout ça mais pas de ce qu'ils peuvent imaginer. C'est justement ce que nous voulons leur faire comprendre et j'espère qu'ils en prendront conscience le plus rapidement possible.

Une répétition générale aura d'ailleurs lieu dès samedi face au Chievo…
C'est la répétition générale, oui ! Déjà pour le staff qui est très content, mais aussi pour nous d'un point de vue organisationnel autour de cet événement. Recevoir un club de Série A chez nous début août reste une chose importante. On aimerait jauger notre organisation autour de cette rencontre aussi bien pour la presse, que pour la sécurité, les parkings etc. C'est presque notre match de coupe d'Europe à nous… on le vivra en tous cas comme ça et nous espérons que le public répondra présent, appréciera les nouveaux joueurs et prendra ses marques. Car comme à chaque fois, c'est presque un nouveau Furiani qu'il découvre. La Nord a été entièrement réaménagée, des travaux ont été effectués en Est et j'espère vraiment qu'ils apprécieront et que quelque part, ils reprendront leurs marques.
Un tarif unique de 10€ a été fixé en tribune Sud, 5€ pour la Ouest et Est sans numérotation des places. La tribune Nord, dont les travaux sont en phase terminale, sera fermée. Des points de vente seront mis en place un peu partout dans l'île comme nous l'avons toujours fait pour que les gens puissent acquérir leur billet. Les parkings seront eux ouverts et j'espère rendus utilisables par la Communauté d'Agglomération. La saison est lancée !

Avec en prime, des invités de gala...
Avec deux invités de marque, un duo de choc… C'est un duo qui a beaucoup fait parlé, laissé le souvenir d'une citadelle imprenable, d'une tour super bien défendue. C'était le tandem Charles Orlanducci - Paul Ferdinand Heidkamp et il donneront le coup d'envoi de la rencontre. Ils viendront quelque part donner un signe à tout notre public en lui disant qu'il faut qu'Armand Cesari soit cette saison encore une citadelle imprenable. C'est tout un symbole…

Par le biais de ce type d'action, vous semblez mettre un point d'honneur à transmettre l'histoire du Club aux nouvelles génération...
Si le Club existe et que sa notoriété est telle qu'elle est aujourd'hui au niveau national et même à l'étranger, c'est grâce à des dirigeants, entraineurs et joueurs passés. Et dès que nous le pouvons, nous faisons honneur aux figures du passé, rien que pour les remercier de toutes les joies qu'ils ont pu nous apporter. Nous mettons vraiment tout en oeuvre pour que le Club retrouve toutes ses vertus, car son âme est sa force.
Nous avons besoin de ça, comme les anciens joueurs ont besoin de se remémorer leur histoire. Et quelque part, le public est friand de ce genre de choses, car pas toutes les générations n'ont pu connaitre Orlanducci ou Heidkamp, et nous voulons leur montrer qu'ils sont encore là.

Pour conclure, on note une certaine évolution dans l'organisation au sein du Club. L'arrivée de la Ligue 1 va t-elle permettre d'accélérer encore plus les choses ?
L'arrivée en Ligue 1 et la manne financière que ça représente avec un budget plus que doublé ne peut qu'accélerer les choses. Et puis, rien que de par le fait que trop de retard ait été accumulé par le passé, retard que nous acceptons, nous nous devions de le combler le plus vite possible. Ce n'est pas encore totalement le cas, notamment au niveau organisationnel, mais nous nous améliorons et nous démontrerons que nous sommes prêts à accueillir des matchs de Ligue 1 et peut-être plus tard d'autres matchs plus importants. On a besoin de faire nos preuves, le public aussi. A chaque fois, nous avons besoin de nous remettre en question. Une nouvelle saison commence, avec de nouveaux objectifs et peut-être même de nouvelles règles puisque le niveau d'exigence s'accroît dans bien des domaines. Ca accélère les choses, oui, et il vaudrait mieux pour combler tout le retard accumulé. C'est dans notre intérêt.

À lire également

Ricevete a lettera