OL 5-2 Bastia : La revue de presse

Au terme d'un match fort en rebondissements le Sporting s'est incliné du côté de Gerland en concédant notamment deux buts dans les arrêts de jeu. Retrouvez la revue de presse de cette rencontre.

L’équipe

Lyon et Bastia ont offert à Gerland, dimanche, un duel spectaculaire aux allures de match de Coupe. L'OL s'est imposé (5-2) après avoir mené 2-0 et été réduit à dix. Il sera au moins 4e du classement à l'issue de la journée.

Une pluie battante, une pluie de buts en première période (quatre) : contre Bastia, dimanche, Lyon a retrouvé les ingrédients de son match à Nice (3-1) quatre jours plus tôt en Coupe de la Ligue. Mais avec au bout, cette fois, une saveur nettement plus agréable : l'OL s'est imposé contre le promu corse (5-2). La rencontre a été spectaculaire, débridée, avec deux équipes tournées vers l'avant. Même lorsqu'elles ont été, l'une puis l'autre, réduite à dix, avec à la clé un penalty concédé. A ce jeu-là, celui de l'attaque, celui de la résistance physique et mentale, Lyon s'en est le mieux sorti, dimanche.

Peu avant l'heure de jeu, le club rhodanien a repris l'ascendant pour de bon : Lisandro a transformé le penalty (3-2, 56e) concédé par Harek, expulsé pour cette deuxième faute grossière en cinq minutes (55e). En toute fin de match, Briand (90e+3) et Malbranque, sur le troisième penalty du match (90e+5), ont alourdi la note pour assurer la victoire de l'OL. Un succès qui a failli échapper à Lyon. Maître du début de match via des buts de Gonalons (1-0, 5e) et Lacazette (2-0, 26e), l'OL a failli gâcher cette entame idéale avec l'expulsion de Lovren (31e) pour une faute dans la surface en tant que dernier défenseur. Rothen a transformé le penalty et remis Bastia à hauteur des Lyonnais (2-2, 32e). Un tournant qui devait être favorable à Bastia. Il a au contraire mis en exergue la volonté et l'allant des hommes de Rémi Garde.

L'entraîneur de l'OL a décidé de ne pas faire entrer de joueur défensif pour compenser l'expulsion de Lovren. Garde a seulement fait descendre Gonalons d'un cran. Il a privilégié l'attaque, et son choix a payé : Lyon a marqué presque trois fois plus de buts ce dimanche, que lors de ses quatre sorties précédentes (2) en Championnat. Une réussite due en grande partie au travail ébouriffant de Gourcuff et Malbranque au milieu de terrain. Le premier nommé a obtenu le penalty qu'a transformé le second. Gourcuff a, surtout, été très en vue par sa disponibilité et ses coups de pied arrêtés précis. Avec plus de réussite, il aurait pu signaler son retour de blessure par un but (42e, 75e).

Sports.fr

Au terme d’un match débridé, l’Olympique Lyonnais a dominé Bastia (5-2) ce dimanche, lors de la 11e journée de Ligue 1. Alors qu’ils menaient 2-0, les joueurs de Rémi Garde ont laissé les Corses revenir au score avant de faire la différence en deuxième période. En attendant le résultat de Toulouse à Bordeaux, l’OL retrouve le podium.

L’Olympique Lyonnais est passé par toutes les émotions. Et c’est celle de la victoire qui a achevé une soirée de folie à Gerland ce dimanche. Sous une pluie battante et sur un terrain gras, l’OL a remporté un match débridé contre Bastia (5-2), lors de la 11e journée de Ligue 1. Des buts, des rebondissements et des cartons, aux deux couleurs, ont pimenté un scénario renversant qui a tourné en faveur des joueurs de Rémi Garde. La défaite à Nice (3-1) en Coupe de la Ligue en milieu de semaine est effacée par ce deuxième succès d’affilée en Championnat, deux semaines après la victoire contre Brest (1-0). Et Lyon retrouve une place sur le podium, en attendant le résultat de Toulouse à Bordeaux, à un point du PSG et de l’OM.

Le mois de novembre, copieux pour les Lyonnais avec sept matches en trois semaines et demi dont OM-Lyon en dessert le 28, a donc débuté sur de bonnes bases. La rencontre face aux Bastiais, invaincus en Championnat depuis le 22 septembre, avait aussi bien démarré. En menant 2-0 après 26 minutes de jeu, l’OL pensait avoir fait le plus dur. Maxime Gonalons, opportuniste sur un coup franc de Gourcuff, ouvrait rapidement le score (1-0, 5e), avant le premier but de la saison d’Alexandre Lacazette, qui trouvait l’ouverture dans un angle très fermé (2-0, 26e). Peut-être coupables d’un certain relâchement, les Lyonnais ne serraient pas la vis et se laissaient embarquer dans un match devenu complètement fou.

Six minutes de folie

Deux minutes après le but de Lacazette, Wahbi Khazri relançait les Corses en marquant lui aussi son premier but de la saison, son tout premier en Ligue 1, d’un plat du pied dans le petit filet de Rémy Vercoutre (2-1, 28e). Et Florian Thauvin, qui s’était déjà mis en évidence le week-end dernier avec un doublé contre Bordeaux, montrait sa malice pour obtenir un penalty et l’expulsion de Dejan Lovren. Jérôme Rothen, plein de sang-froid, se chargeait d’égaliser (2-2, 32e). Les Lyonnais, à dix, venaient de tout perdre en cinq minutes à peine.

Techniquement supérieures aux Corses, les joueurs de Rémi Garde gardaient l’initiative dans le jeu en dépit de leur infériorité numérique. Un désavantage que l’arbitre effaçait après moins de dix minutes en deuxième période en renvoyant aux vestiaire le latéral gauche bastiais Marek, auteur d’une faute dans la surface sur Lacazette. Lisandro marquait alors sur penalty son quatrième but de la saison (3-2, 56e). Le match venait de tourner définitivement et les Lyonnais enfonçaient le clou en fin de rencontre, avec deux buts supplémentaires par Jimmy Briand (4-2, 90e+2) et Steed Malbranque, encore sur penalty (5-2, 90e+4).

Cette défaite bastiaise laisse forcément un goût amer pour Frédéric Hantz. "On a fait un match de promu, un match que tu penses gagner et que tu gagnes pas, a regretté l’entraîneur des Corses sur BeIn Sport. Le tournant du match est le début de seconde période. Ils marquent et nous on gère mal derrière. Ce sont des matches où il faut être hyper concentrés et on ne l'a pas été."

France Football

Au terme d'un match aussi passionnant qu'étourdissant, Lyon a battu Bastia (5-2) dimanche après-midi à Gerland. L'OL revient à un point du PSG et de l'OM, tandis que les Corses, désormais douzièmes, peuvent nourrir quelques regrets.
«Catastrophique», dixit Rémi Garde, mercredi soir à Nice en Coupe de la Ligue (3-1), l'OL a su se remobiliser ce dimanche après-midi pour offrir à Gerland une prestation admirable. Promu déterminé, Bastia a, de son côté, su hisser son niveau de jeu pour répondre présent et assurer, lui aussi, sa part du spectacle (5-2). Ce fût un véritable régal. Un match de feu, durant lequel Gones et Bastiais se sont livrés une bataille de haute volée. Une course-poursuite comme on les aime, pleine de suspense, de rebondissements et de folie.

Deux rouges, trois penalties

Dans un match intense et rythmé, chacune des deux formations n'aura même pas eu le temps de maudire ses insuffisances défensives. Les Corses d'abord, en encaissant rapidement deux buts évitables de Maxime Gonalons (5e) puis d'Alexandre Lacazette (26e). Les Lyonnais ensuite. Alors qu'ils menaient par deux buts d'écart, les hommes de Rémi Garde ont payé au prix fort leurs quelques moments d'errance, parfaitement exploités par des Bastiais survoltés. Après la réduction du score signée Wahbi Khazri (28e), Jérôme Rothen a égalisé, en transformant un penalty déclenché par Dejan Lovren, expulsé (32e).

A onze contre dix, le Sporting aurait pu prendre l'avantage. Mais les Corses, trop joueurs, ont manqué de maturité. A l'expérience, l'OL a repris les devants. Pour finalement s'envoler au tableau d'affichage. Alors que Lisandro Lopez a marqué sur un penalty, synonyme d'exclusion pour Féthi Harek (56e), Jimmy Briand (90e+3) et Steed Malbranque (90e+5), à nouveau sur penalty, ont corsé la note en fin de rencontre. Grâce à ce succès, Lyon grimpe sur le podium et revient à une longueur du PSG et de l'OM. Pour les protégés de Frédéric Hantz, en revanche, le score est lourd. Certainement trop lourd au regard de la copie qu'ils ont rendue.

Sport.fr

Menant de deux buts avant de se faire reprendre par une vaillante équipe de Bastia, Lyon a fini par s'imposer lors d'une rencontre à rebondissements à l'occasion de la 11e journée de Ligue 1 (5-2). L'OL a bénéficié de deux penalties pour finalement forcer la décision, alors que les deux équipes, portées vers l'attaque, ont terminé la rencontre à 10 avec une expulsion de chaque côté.

Lyon, ou comment se faire peur tout seul. Les Gones ont offert un match à suspense au public de Gerland ce dimanche. Une rencontre qu'ils ont fini par remporter après s'être compliqués la vie. La faute à une défense une fois encore pas exempte de tout reproche, une habitude ces dernières semaines. Mais également à une accrocheuse équipe de Bastia, qui a compensé son déficit technique par son courage. Car du courage, il en a fallu aux joueurs de Frédéric Hantz pour ne pas baisser les bras avec deux buts de retard au bout de 26 minutes. A l'image d'un Gourcuff inspiré et très en vue pour sa première titularisation en championnat depuis sa blessure, l'OL avait parfaitement entamé la rencontre. Dès la 5e minute, un coup franc de Gourcuff mal négocié par la défense bastiaise profitait à Gonalons, seul à un mètre du but, qui ouvrait le score sans opposition (1-0, 5e). Le gardien corse était battu une fois encore 20 minutes plus tard au terme d'une action collective parfaite de l'OL : la frappe non cadrée de Gomis se transformait finalement en passe décisive pour Lacazette, qui lobait Novaes avec l'aide du rebond sur sa tentative excentrée (26e, 2-0).

Lovren voit rouge, Bastia revient

Mais comme à Nice en Coupe de la Ligue mercredi (3-1), la défense lyonnaise allait sombrer en quelques minutes. Dans la foulée du but de Lacazette, Khazri était à l'affût sur un ballon mal dégagé et trompait Vercoutre pour réduire l'écart (28e, 2-1). A peine le temps pour Rémi Garde de pester que Lovren, pris de vitesse par Thauvin dans sa surface, fauchait le jeune attaquant bastiais. Un penalty peut-être généreux, accompagné en plus d'un carton rouge pour le défense croate. Rothen ne se faisait pas prier pour remettre les deux équipes à égalité (2-2, 30e sp). A 10 contre 11, Garde décidait de n'apporter aucun changement et laissait une équipe assez offensive sur le terrain. Et si Vercoutre sortait une grosse parade sur une reprise de volée de Rothen (41e), ce sont bien les Lyonnais qui se montraient les plus dangereux, à l'image de Gourcuff, au four et au moulin, qui mettait à contribution Novaes (18e, 43e), et trouvait même à deux reprises la barre transversale sur une seule frappe (44e).

Un score sévère

L'OL allait finalement forcer la décision grâce à une nouvelle décision arbitrale. Lancé dans la surface, Lacazette était déséquilibré par Harek. Le défenseur corse, déjà averti, était expulsé sur le coup, offrant un penalty que Lisandro Lopez transformait pour redonner l'avantage aux siens (3-2, 56e, sp). Un avantage définitif, dans une rencontre plaisante à voir entre deux équipes portées vers l'avant. Et à forcer de trop vouloir jouer, les Corses se faisaient prendre sur un contre, conclu par Briand dans le temps additionnel (4-2, 90e+2), et coulaient même définitivement dans la foulée en concédant un nouveau penalty, pour une faute sur Gourcuff. Un nouveau penalty transformé par Malbranque, pour son premier but en L1 depuis... onze ans (5-2, 90+4). Bastia voit sa belle série de quatre matches sans défaite s'arrêter et reste 12e. L'OL monte de son côte provisoirement sur le podium en attendant le match de Toulouse dans la soirée à Bordeaux, en chipant la 3e place avec deux points d'avance sur le TFC. Surtout, Lyon ne se retrouve qu'à un petit point des deux leaders, le PSG et l'OM. Ça se resserre en tête...

Eurosport.fr

Le public de Gerland en a eu pour son argent. A l'issue d'un match spectaculaire et riche en rebondissements, Lyon a pris le dessus sur Bastia (5-2) lors de la 11e journée de Ligue 1 et remonte provisoirement sur le podium. Après avoir eu un break d'avance grâce à Maxime Gonalons (5e) et Alexandre Lacazette (26e), l'OL a été rejoint sur des buts de Whabi Khazri (28e) et Jérôme Rothen (32e s.p.). Réduits à dix après l'expulsion de Dejan Lovren (32e), les Gones ont trouvé les ressources pour reprendre l'avantage grâce à un penalty de Lisandro Lopez (56e) alors que Bastia a également terminé à dix après le carton rouge de Fethi Harek (55e). Jimmy Briand (90e+3) et Steed Malbranque (90e+4 s.p.) ont corsé l'addition en fin de match. L'OL, qui compte un match en moins, conservera sa troisième place si Toulouse ne gagne pas à Bordeaux (21h00).

Pour écrire cet incroyable scénario, Lyon a fait preuve d'une très grande générosité, en attaque comme en défense. D'abord dans le domaine offensif. L'OL a été récompensé de son entame de match très volontaire avec un but opportuniste de Maxime Gonalons, après une tête de Dejan Lovren repoussée par Novaes sur un corner de Yoann Gourcuff (1-0, 5e). Les Gones ne se sont pas arrêtés là. Après avoir débordé côté gauche, Mouhamadou Dabo a adressé un bon centre en retrait à Bafé Gomis, qui n'a pu cadrer sa reprise. Mais Alexandre Lacazette, intenable sur son côté droit, a pu récupérer le ballon et offrir un break d'avance à son équipe dans un angle fermé (2-0, 26e).

Vercoutre présent au rendez-vous

Après avoir manifesté ce visage offensif, Lyon a affiché sa fébrilité défensive. Dans la foulée du but de Lacazette, Whabi Khazri a réduit le score d'une frappe enveloppée pleine de sang froid dans un angle fermé (2-1, 28e). Bastia a continué de profiter des espaces laissés par la défense lyonnaise. Et Lovren s'est rendu coupable d'une faute dans la surface sur Florian Thauvin, synonyme de carton rouge et de penalty, transformé par Jérôme Rothen (2-2, 32e). Le club corse avait comblé son break de retard et, en supériorité numérique, semblait en mesure de poursuivre sa série de quatre matches consécutifs sans défaite en Ligue 1.

Mais c'était sans compter sur le caractère de l'OL, longtemps incarné par son gardien Rémy Vercoutre. Le portier rhodanien a littéralement sauvé son équipe sur des tentatives de Khazri (20e, 45e +1), Rothen (42e) avant de sortir encore le grand jeu devant Anthony Modeste (49e). Maintenu à flot grâce à son dernier rempart, Lyon an fini par reprendre le dessus en profitant d'une erreur de relance de la défense bastiaise qui a abouti à une faute de Fehti Harek sur Lacazette dans la surface. Le carton rouge donné à l'arrière gauche bastiais, et le penalty transformé par Lisandro (3-2, 56e) ont fait définitivement pencher la balance en faveur du club rhodanien. Le score est même devenu flatteur pour l'OL, qui a corsé l'addition en fin de match avec une belle action individuelle de Jimmy Briand (4-2, 90e+3) et un penalty de Steed Malbranque consécutif à une faute sur Gourcuff (5-2, 90e+4). Mais il reflète surtout le fait que Lyon reste solidement installé dans le wagon de tête de la L1.

À lire également

Ricevete a lettera