Pierre-Marie Geronimi fait le point

IMG_7731.jpg

A quelques jours de la fin du mercato, le Président du Sporting Club de Bastia, Pierre-Marie Geronimi, a souhaité faire un point sur l’ensemble des dossiers brulants qui concernent le club.

Le 10 Janvier dernier, le club a une nouvelle fois été lourdement sanctionné par les instances avec une sanction de 3 matches de suspension fermes dont 2 sur terrain neutre et un retrait de 2 points avec sursis. Le club avait indiqué aussitôt sa volonté de faire appel de cette décision. Où en est-on de ce dossier des instances ?
Comme je l’avais précisé, nous avons immédiatement interjeté appel de la décision devant la commission d’appel de la LFP. Sans surprise, cette dernière s’est réunie la semaine suivante et a confirmé la sanction. Nous avons alors décidé de faire appel devant la FFF qui est la dernière instance à pouvoir dans l’absolu infléchir la suspension. Nous avons espéré que cette instance se réunisse rapidement afin de peut-être sauver le match contre Evian, mais l’audience a été finalement fixée pour le 31 Janvier, c'est-à-dire à deux jours seulement du match. De ce fait, nous ne nous faisons que peu d’illusions et nous sommes aussitôt mis à la recherche d’un nouveau terrain pour disputer ce match couperet.

Le Sporting va-t-il quand même maintenir son appel ?
Oui. A la fois parce que nous estimons que la sanction est sévère et surtout parce que c’est dans l’intérêt du club et de ses supporters.

C'est-à-dire ?
Le club fera un point global sur les éventuelles actions envisagées, dès le lendemain du passage en appel, soit le Vendredi 1er février à 10h, sous la forme d’une conférence de presse où plusieurs sujets seront abordés.

En sus des affaires de Valenciennes, Lille et Marseille qui ont été jugées le 10 Janvier, y a t-il eu d’autres sanctions prononcées depuis lors ?
Le jugement en appel de la sanction dont nous avions écopé pour la réception de Troyes (pour rappel, 30.000 € d’amende et une suspension de 3 mois de toutes fonctions officielles pour le Président du club) a été rendu la semaine dernière. La commission de la LFP a maintenu l’amende, mais a cru nécessaire d’aggraver la suspension me concernant, en la portant de 3 à 6 mois.

Quel est votre sentiment ce sur point ?
Nous avions fait le choix de ne pas contester ma suspension individuelle pour n’attaquer que l’amende. Nous sommes donc tombés des nues quand nous avons appris que la commission s’était autosaisie de mon cas en alourdissant la peine…

Pourquoi n’avoir pas communiqué au fur et à mesure sur toutes ces décisions ?
Parce que nous avons estimé que le club était déjà suffisamment sous pression comme cela. Le rejet de l’appel par la LFP est anecdotique, et la décision pour Troyes n’avait aucun impact sur le terrain. Au-delà de tout cela, nous avons aussi voulu rompre avec les conférences de presse à chaud, pour privilégier une action réfléchie et de longue durée, qui se situe complètement dans l’esprit de la charte Uniti Vinceremu, c'est-à-dire dans la défense systématique du club et de ses composantes, à chaque fois que nous sommes attaqués.

A ce sujet, on a pu constater ces dernières semaines une multiplication des prises de position hostiles au club, par diverses personnalités du monde sportif et des médias. Comment le club a-t-il réagi ?
Nous avons agi conformément à la charte, et nous dévoilerons le 1er février lors de notre conférence de presse, l’ensemble des actions que nous avons menées. Nous avons notamment ouvertement réagi par courrier aux propos du directeur de l’UCPF Philippe Diallo sur le prétendu racisme à Bastia, mais il ne s’agit pas là de notre seule réponse…

Où se jouera le match contre Evian si l’appel devant la FFF ne donne rien ?
Nous avions des pistes sur Rodez et Montauban, puis sur Charlety. Mais dans les 3 cas de figure cela n’a pu être possible car les 2 premiers stades n’étaient pas homologués Ligue 1 et l’enceinte parisienne était déjà occupée par une autre manifestation. Nous avons donc pris attache avec Auxerre et c’est certainement à l’Abbé Deschamps que nous en finirons avec cette hallucinante série de 10 matches sans pouvoir évoluer devant notre public.

Suite à la suspension à titre conservatoire qui a suivi le match contre Marseille, de nombreux supporters ont annoncé la création d’un collectif des abonnés, entouré d’avocats abonnés au SCB. Ce collectif, réuni sous l’égide du CSB, a manifesté son intention d’engager plusieurs actions. Qu’en pense le club ?
Nous avons bien sûr accueilli favorablement la création de ce collectif, qui réunit des personnes capables et passionnées, qui ont plus que contribué à la renaissance du club. Une coordination de nos efforts est aujourd’hui indispensable et c’est pourquoi nous proposons à ce collectif une réunion en tout début de semaine prochaine, afin de faire le point tous ensemble.

A la mi-Février, les Bleus en auront fini avec l’exil et retrouveront Furiani pour la réception de Nice. Dans quelle optique le club envisage t-il ce retour à la maison ?
Il n’y a pas de mots pour décrire l’impatience et la frustration que nous ressentons tous à l’idée de pouvoir de nouveau communier sur notre terrain. Mais ce match contre Nice signifiera aussi le début d’une nouvelle période, lors de laquelle il faudra que le club mette à profit le travail de fond qu’il a engagé depuis plusieurs semaines pour améliorer les conditions d’accueil et de sécurité au stade.

Que pouvez-vous dire de ce travail de réorganisation interne ?
Nous consacrerons une large part de la conférence de presse du 1er février à ces questions. Le club présentera à cette occasion le nouveau directeur de l’organisation et de la sécurité (D.O.S). Cette personne a été officiellement présentée à la Ligue et aux autorités, et depuis le début du mois de Janvier un très important travail de fond a été entrepris. C’est notamment à ce titre que nous serons reçus le 30 Janvier prochain au ministère de l’Intérieur pour y rencontrer les responsables des questions de sécurité de la Place Beauvau et de la LFP. Le club est conscient des progrès qu’il a à effectuer pour s’adapter aux réalités de la Ligue 1, mais il ne perdra pas pour autant son âme. C’est ce que nous avons d’ores et déjà indiqué aux instances : il y a un juste milieu à trouver, mais tous ensemble, on y arrivera.

L’autre sujet-phare en cette période est bien entendu le mercato d’Hiver. On sait que le contexte est difficile et qu’il n’est pas évident de trouver la perle rare. Que pouvez-vous dire aujourd’hui aux supporters de ce marché des transferts ?
Après avoir déjà recruté avant le mercato Julien Sablé et Mickael Landreau, nous avons ciblé avec le coach plusieurs joueurs. L’un d’entre eux était Diakité et l’affaire était quasiment bouclée. Hélas l’Olympiakos a changé de vision concernant le joueur et celui-ci est intransférable. Pour ce qui est de Goncalves, là encore tout était fait mais il y a eu un problème de contrat qui a fait capoter l’affaire. Aujourd’hui nous sommes conscients que le temps presse mais nous ne ferons pas n’importe quoi car nous sommes unanimes à dire qu’il nous faut des joueurs qui nous apportent une plus-value.

Le club a fait état de contacts avec Claudio Beauvue, considéré comme un des meilleurs joueurs de Ligue 2. Où en est-on ?
Claudio veut venir à Bastia et nous voulons qu’il participe avec nous à ce défi du maintien. Nous avons fait une offre à Châteauroux mais pour l’instant les exigences du club berrichon sont au-dessus de nos moyens. Je demeure confiant sur une issue favorable pour les deux clubs et pour le joueur.

L’autre secteur prioritaire est aujourd’hui la défense, y a-t-il des pistes dans ce secteur ?
Nous avons actionné plusieurs pistes. Une en Afrique, et une sur un joueur chevronné de Ligue 1 qui a un faible temps de jeu. Je ne peux en dire plus pour l’instant.

Quid du cas de Florian Thauvin qui est le grand espoir du club et qui serait courtisé par des clubs tels que Arsenal, Newcastle ou encore Lille ?
Il convient tout dire d’être une fois encore extrêmement clairs à ce sujet de dire toute la vérité à nos supporters : le club n’a reçu aujourd’hui pour Florian qu’une somme offre ferme et elle émane de Newcastle qui propose un transfert de 3 millions d’€, avec prêt du joueur à Bastia jusqu’au mois de Juin, ainsi que 15% du montant de la plus-value sur un futur transfert. Nous sommes en train de réfléchir à cette proposition et nous nous déciderons rapidement.

Pas de contact donc avec Arsenal, comme affirmé dans la presse le week-end dernier ?
Nous n’avons reçu aucune offre concrète d’Arsenal, et donc il n’est absolument pas question de 5 millions d’€ annoncés. J’ai eu cette semaine à deux reprises Arsène Wenger au téléphone. Il nous a fait part de son intérêt pour le joueur, mais ce n’est pas allé au-delà …

Un mot sur le déplacement de Saint-Étienne Dimanche ?
Nous devrons offrir une toute autre prestation que celle contre Rennes à nos supporters qui feront une nouvelle fois le déplacement en très grand nombre puisqu’ils seront plus de 800 à Geoffroy-Guichard dont plus de 500 partis de Corse. Quoique certains puissent en dire nous avons un public fantastique et c’est avec lui que nous arriverons à réaliser l’exploit de nous maintenir, malgré l’avalanche d’embuches qui se dresse depuis des mois sur notre parcours.

À lire également

Ricevete a lettera