Un large tour d'horizon

Le Sporting avait ce matin donné rendez-vous à la presse afin de faire un large tour d'horizon sur l'actualité de ces dernières semaines. Outre le mercato, les questions de sécurité ont largement été abordées.

Le Club ne fera pas appel
Pierre-Marie Geronimi : « Le Club s’est désisté de cet appel en début de semaine après avoir eu la certitude que le Comité Exécutif de la FFF en ferait de même.
Les raisons a cela ? Tout d’abord car il aurait été impossible de jouer le match de samedi à Furiani. Le Club a donc pris la sage décision de ne pas faire appel pour éviter de voir sa sanction s’aggraver.
J’avais personnellement fait appel de ma propre suspension et celle-ci a été aggravée en appel de 3 mois.
Il était donc primordial pour nous de retrouver Furiani pour la venue de Nice. Persister dans cet appel aurait eu don d’ajouter de l’huile sur le feu. Nos supporters n’auraient pas compris que notre sanction soit alourdie, d’autant plus que demain soir la sanction sera purgée.
En revanche, renoncer à cet appel ne veut pas dire renoncer à tout. Il est évident que les deux points avec sursis ont pesé lourd. Nous les avons au-dessus de la tête pour un an, tous comme ceux infligés par la FFF en National.
Dès qu’il estimera qu’il est mis à mal ou montré du doigt par des personnes qui disent certaines choses que nous estimons nuisibles pour l’image du club, nous ferons de même. Il faut savoir que le Directeur de l’UCPF, M. Philippe Diallo, a fait l’objet d’un courrier recommandé auprès de son Président. Nous attendons à ce jour une réponse.
Des actions en justice seront par ailleurs engagées contre certaines personnes. »

Le Président porté en diffamation
Pierre-Marie Geronimi : « En ce qui me concerne, je fais l’objet d’une plainte en diffamation émanant de la LFP, pour des propos que j’aurais tenu sur M. Garbian sur un quotidien local. Cette plainte date du 9 janvier, soit la veille de notre sanction en commission de discipline. »

Anthony AgostiniUn nouveau Directeur de l’Organisation et de la Sécurité
Le Club a recruté Anthony Agostini pour occuper ce poste, du fait de ses qualités, de sa connaissance des supporters et des tribunes.
Agé de 39 ans, juriste de formation, chargé de mission dans le secteur juridique, dans le patrimoine, puis attaché parlementaire d’un député de Haute-Corse
Anthony Agostini : « Aujourd’hui toute la difficulté pour nous était de faire comprendre qu’il fallait continuer dans la voie qui était engagé. Nous mettons l’accent sur la prévention et dialogue. Il nous a été demandé de nous mettre au diapason comme l’ensemble des autres clubs professionnels. Il faudra que notre public se responsabilise. Il faut que tout le monde ait conscience qu’il faut tirer dans le même sens et que l’amour du Club est plus important que tout.
Les matchs de Nice et Ajaccio sont dans le collimateur des instances. Des réunions ont déjà eu lieu et plusieurs choses ont déjà été effectuées. Le club avait identifié des problèmes importants sur les abords du stade, notamment devant le Quick qui est le plus grand d’Europe. Ces secteurs seront désormais sécurisés et ça prouve que le Club n’a pas attendu qu’on lui demande d’agir.
Il faut comprendre que les commissions et les responsables de l’Etat sont prêts à travailler avec nous. Il y a, à leur sens, pas de traitement particulier pour Bastia. Ils ont vu qu’un travail était engagé, ils veulent désormais des actes.
Nice doit être le début pour nous d’une nouvelle époque, celle du juste milieu. Le club sait que sans son public il n’aurait pas réussi la renaissance extraordinaire dont il a réalisé ces dernières années. Les forces de ce public est ce qu’il a fait contre Bordeaux ou Lorient dans des conditions particulières, ou encore à Saint-Etienne où tout s’est très bien passé et où la LFP a même remarqué la bonne tenue de tout le monde.
Maintenant, le juste milieu veut aussi dire qu’il faut arrêter avec les actes injustifiés.
La LFP nous a indiqué que 80 procédures ont abouti à un non-lieu du fait que les clubs ont livré des personnes aux forces de l’ordre. Ce n’est pas du tout la priorité, mais d’être désormais irréprochables.
Maintenant, il est bien évident que si ce plan s’avérait infructueux, il faudrait passer à l’acte en préservant le Club et sa charte.
Il est important que les gens comprennent le contexte dans lequel s’inscrit le Club. L’effort devra être collectif.
L’appel ? Le jeu n’en valait pas la chandelle. La récidive nous a toujours été reprochée. Le plus important était de jouer chez nous face à Nice et de maintenir le Club en L1. »

Rendez-vous Place Beauvau
Le Club avait rendez-vous au Ministère de l’Intérieur ce mercredi en compagnie de la LFP et des services anti-hooliganisme du gouvernement. Tout a été abordé.

L'intégralité de la conférence de presse sera a retrouver dans l'après-midi sur SCB TV.

À lire également

Ricevete a lettera