Article du "Monde": la réponse du SC BASTIA

Comm-Le-Monde1.jpg

Le Sporting Club de Bastia communique :

Les actionnaires de la SASP Sporting Club de Bastia réunis ce jour au stade de Furiani ont décidé de réagir par communiqué au contenu de l’article paru dans le quotidien « Le Monde » du 22 Janvier sous le titre « SCB : la justice enquête sur des flux financiers douteux ».

Avant toute chose, le club tient à préciser qu’il n’a jamais été avisé de quelconques procédures le concernant. Il entend ensuite affirmer de manière claire :

- que le marché du stade avec pelouse synthétique du centre d’entrainement des jeunes situé à Borgo, n’a donné lieu à aucune malversation ni flux financier irrégulier. Le club est par contre actuellement en litige avec ses prestataires dans le cadre d’un procès, puisque le stade en question souffre de malfaçons et d’inexécutions.

- que les sommes qui ont été versées par le club à ses fournisseurs, notamment pour la location de minibus afin de transporter les jeunes du centre de formation, sont toutes fondées et justifiées. Les comptes du SCB font en outre l’objet de contrôles externes réguliers qui n’ont donné lieu à aucune observation que ce soit.

- qu’aucun débit de boissons de Bastia ou d’ailleurs n’est ou n’a été fournisseur du club. Il est donc parfaitement faux et mensonger d’écrire qu’une telle structure « a perçu plusieurs centaines de milliers d’euros du club ».

- que les membres du comité directeur du SCB n’ont en aucune façon été proches d’un quelconque « gang », contrairement à ce qu’affirme « Le Monde » dans son intertitre.

Dans l’attente de plus amples informations de la part du Parquet de Bastia sur cette obscure affaire de « flux douteux » le Sporting rappelle qu’un des corédacteurs de l’article, en l’occurrence M. Gérard Davet, fait actuellement l’objet d’une plainte du club avec constitution de partie civile suite à des propos tenus dans une émission diffusée sur Canal Plus courant Décembre 2012. Ce journaliste, qui pourrait être mis en examen dans cette affaire dans les prochaines semaines, avait déjà cru bon d’affirmer qu’il existait au SCB des « ramifications entre affairistes (…) nationalisme et amateurs de sport ».

Pour l’heure, le Sporting tient à assurer à l’ensemble de ses supporters et à ses partenaires qu’aucune irrégularité n’émane ou n’a émané de la comptabilité du club. C’est serein que ce dernier examine actuellement les éventuelles actions à engager pour faire valoir ses droits et préserver son image.

À lire également

Ricevete a lettera