Bastia, neuf mois plus tard...

TFCSCB2.png

Costauds et plutôt bien organisés, mais surtout armés de bonnes intentions, les bleus ont arraché avec brio leur premier succès de la saison hors de leurs bases. Trois points qui leur permettent tout naturellement d’entrer dans le top 10.

C’est bien connu en football, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Amorphes à Marseille ce week-end, les hommes de Frédéric Hantz ont affiché un tout autre visage ce soir au Stadium.
Et pourtant, tout semblait avoir mal commencé, quand dès la 4è minute de jeu, Jean-Louis Leca était suppléé par son montant sur une tête de Forman.
Un signe du destin diront les plus optimistes. Sans nul doute… Quelques minutes plus tard, alors que les bastiais n’avaient pas encore eu le temps de solliciter Boucher, c’est Djibril Cissé qui débloquait son compteur en adressant un tir imparable des 20 mètres pour l’ouverture du score (1-0).
Médusé mais surtout clairsemé, le Stadium allait pourtant assister à un sursaut d’orgueil de ses troupes. Parti à la limite du hors-jeu, Braitwhaite pouvait servir Ben Basat qui débloquait à son tour son compteur but, alors que Modesto pensait avoir fait le plus dur en embarquant son passeur sur le côté droit (1-1). Tout était donc à refaire pour les bastiais, qui allaient essuyer une nouvelle tentative de Braitwhaite, sans succès cette fois-ci.
Et alors que l’on se dirigeait vers le quart d’heure de répit, un corner anodin concédé par les toulousains permettait à Palmieri de trouver Cissé, lequel pouvait dévier le cuir au second poteau pour le sursaut rageur de Modesto, qui redonnait l’avantage a ses coéquipiers au meilleur moment (2-1).
Bastia allait-il enfin réussir à tenir le score après plusieurs tentatives infructueuses depuis le début de saison ? Un premier élément de réponse était en tous cas donné dans l’organisation. Rigoureux défensivement et volontaires collectivement, le onze bastiais allait tenir le choc toute la seconde période, en ne concédant pas la moindre occasion de but, si ce n’est une tentative lointaine d’Aguilar a quelques encablures de la fin de la rencontre. Une fin de rencontre qui allait être marquée par l’expulsion de Chantôme côté téfécé.
Dès lors, le Sporting pouvait passer la troisième. Rentré au jeu quelques instants plus tôt, Wahbi Khazri obtenait fort logiquement un pénalty que s’empressait de transformer Gianni Bruno, au plus grand bonheur de la vingtaine de supporters turchini qui avait fait le déplacement (3-1) et qui goutait ainsi aux joies d’un succès sur le continent.

UNITI VINCEREMU

À lire également

Ricevete a lettera