Commission de Discipline Bastia-Montpellier : dossier classé

Ligue 1 - 19ème journée - samedi 21 décembre 2013 - BASTIA / MONTPELLIER

Comportement des supporters du S.C. BASTIA : incidents à la 63ème minute envers le joueur Rémy CABELLA, joueur de Montpellier, et M. Philippe JEANNE, arbitre assistant, nécessitant l'interruption de la rencontre pendant 2mn environ.

La commission classe le dossier et rappelle M. Anthony AGOSTINI aux devoirs de sa charge.


La décision intégrale :

La Commission,

après visionnage des images,

lecture faite des rapports complémentaires de l'arbitre et du délégué principal de la rencontre,

après audition de M. Anthony AGOSTINI, Directeur de l'Organisation et de la Sécurité, régulièrement convoqué dans le cadre des dispositions des articles 409 et 412 des Règlements de la LFP, assisté de Me Jean-André ALBERTINI, avocat, qui a pris la parole en dernier,

considérant l'absence excusée de MM. Antony GAUTIER et Philippe JEANNE, arbitres, ainsi que M. Olivier CHOVAUX, délégué de la rencontre,
lecture faire du rapport complémentaire de M. Philippe JEANNE,

considérant l'absence du joueur Rémy CABELLA, régulièrement convoqué dans le cadre des dispositions des articles 409 et 412 des Règlements de la LFP,

lecture faite de sa lettre d'explications,

considérant qu'à la 63ème minute, le match a dû être interrompu à la suite de jet de nombreuses boulettes de papier lancées en direction du joueur montpelliérain l'empêchant l'exécution d'un corner, depuis la tribune bordant le terrain où une vingtaine de supporters bastiais s'étaient massés pour pouvoir également l'invectiver,

considérant que le Directeur de l'Organisation et de la Sécurité du S.C. Bastia s'est adressé gestuellement et oralement, de façon véhémente, en direction du joueur Rémy CABELLA, stigmatisant ce dernier vis-à-vis des supporters,

considérant que M. Philippe JEANNE, arbitre assistant, a été visé également par des boulettes de papier, des sandwiches et crachats, lancés depuis la tribune dans son dos qui ont atterri à proximité de lui,

considérant que M. Anthony AGOSTINI a indiqué que des incidents ont justifié sa présence dans la zone située au bas de la tribune Sud où la situation commençait à se dégrader avec les supporters bastiais suite à un manque de retenue du joueur Rémy CABELLA vis-à-vis du public,

considérant qu'il a précisé que l'arrêt de jeu émanait du joueur Rémy CABELLA qui se dirigeait pour tirer un corner et qui a pris à témoin l'arbitre en levant les bras alors que, comme le montrent les images, aucune boulette n'avait encore été jetée, puis de son refus de tirer le corner suite au jet d'une boulette à une dizaine de mètres de lui, mettant le "feu aux poudres" au coin des tribunes Sud et Est,

considérant que M. Anthony AGOSTINI a constaté une nouvelle fois que le joueur montpelliérain s'adressait à nouveau directement aux supporters de la tribune Sud, qui restent debout traditionnellement tout le long du match, alors qu'il était en train de placer les stadiers pour sécuriser au maximum la zone,

considérant qu'il a indiqué avoir fait le choix de s'adresser à l'arbitre puis au juge de touche pour leur signifier que le nouveau comportement du joueur était inacceptable et qu'il ne l'avait pas stigmatisé mais avait souhaité faire cesser tout dialogue entre Rémy CABELLA et le public,

considérant que l'arbitre lui a demandé de quitter la zone en ignorant sa fonction de directeur de la sécurité et qu'il regrettait qu'il n'ait pas relevé dans son rapport complémentaire ses paroles exactes,

considérant que M. Antony AGOSTINI a précisé que sur l'arrêt de jeu de 2 minutes, plus de la moitié avait été constituée par le déplacement de l'arbitre vers le délégué afin que ce dernier puisse prendre les dispositions nécessaires pour faire renforcer la sécurité dans la zone ciblée par les incidents,

considérant qu'il a indiqué avoir constaté un comportement de plus en plus récurrent de la part de certains joueurs adverses qui s'adressent directement au public, nécessitant son intervention et la saisine immédiate des délégués qui pourraient en attester,

considérant qu'il a indiqué également qu'au niveau sécuritaire, la distribution des programmes du SC Bastia a été abandonnée définitivement afin que les supporters ne puissent plus constituer de boulettes de papier en tribune basse Sud, l'utilisation systématique de deux boucliers en plexiglas pour protéger les joueurs adverses au niveau des poteaux de corner ainsi que l'augmentation du dispositif de stadiers dans le secteur Est-Sud,

considérant que Me Jean-André ALBERTINI a précisé qu'il n'y avait jamais eu de problème avec les supporters de cette tribune et qu'ils sont toujours debout pour assister au match,
considérant qu'il a indiqué que M. Anthony AGOSTINI n'était pas indolent dans son travail et que ces incidents auraient pu être plus graves en laissant perdurer la situation s'il n'avait pas réagi rapidement,

considérant qu’il résulte de ces éléments qu’en début de seconde période, une forme de provocation mutuelle s’est instaurée entre une partie du public, massée au pied d’une tribune, et le joueur montpelliérain Rémy CABELLA,

considérant que le pic de tensions est apparu à l’occasion d’un corner à la 63eme minute,

considérant que toutefois, l’arrêt, très bref, du match n’est pas lié à l’usage ou le jet d’engins pyrotechniques sur le terrain, la sécurité des acteurs du match, n’ayant jamais été en jeu, et paraît, au moins en partie, être la résultante du comportement du joueur Rémy CABELLA depuis une dizaine de minutes,

considérant que même si celui-ci a probablement répliqué à diverses provocations, il apparait que cet incident a été rapidement géré par plusieurs stadiers dépêchés sur place, et n’a connu aucun autre développement.

considérant que le club a indiqué avoir néanmoins pris des mesures afin d’éviter que les boulettes de papier ne puissent perturber le bon déroulement de la rencontre,

considérant que le club de BASTIA a, depuis plusieurs mois, radicalement modifié son approche des matches en matière d’organisation et de sécurité, et doit, à ce titre, être encouragé au regard du bilan disciplinaire depuis le début de la saison au stade Furiani,

considérant néanmoins que le rôle de M. Anthony AGOSTINI n'est pas de s'adresser aux joueurs et officiels pendant la rencontre, et qu’il doit, en toutes circonstances, garder son calme même s’il estime qu’un joueur adverse commet délibérément des actes provocateurs,

classe le dossier et rappelle M. Anthony AGOSTINI aux devoirs de sa charge.

À lire également

Ricevete a lettera