Communiqué du SC Bastia

24 heures après le derby de la Méditerranée que toute la Corse attendait depuis 9 ans, notre club entend remercier l’ensemble des 15000 supporters venus des 4 coins de l’île, qui ont assuré une chorégraphie d’avant-match et une ambiance extraordinaires.

A l’heure où l’ensemble des observateurs du football français pointe du doigt la perte d’engouement du public hexagonal pour son championnat, qui se traduit dans nombre de stades par des atmosphères aseptisées, Furiani demeure une enceinte dont la passion et l’enthousiasme ont une fois encore été soulignées par le Président, l’encadrement et les joueurs de l’OM.

C’est donc avec surprise que nous avons pris connaissance après la rencontre et ce matin dans le principal quotidien sportif français, de propos particulièrement à charge émanant d’une poignée de journalistes dont certains n’étaient même pas présents au stade.

S’il n’est pas question un seul instant pour le Sporting Club de Bastia d’échapper à ses responsabilités, nous ne pouvons laisser affirmer que la rencontre s’est déroulée dans un climat de fin du monde et à ce titre ne pouvons encore moins accepter de voir et entendre ces mêmes journalistes anticiper et réclamer d’éventuelles sanctions de la part de la commission de discipline de la LFP. Il s’agit là d’un procédé aussi inhabituel que scandaleux, tant il est outrancier et entaché de partialité.

La vérité de cette rencontre, celle qui est attestée par le rapport des délégués, la voici. 9 engins pyrotechniques (8 fumigènes et 1 pétard) ont été allumés à l’intérieur de l’enceinte avant la rencontre, tandis qu’une banderole offensive était exhibée pendant une vingtaine de minutes.

Ces faits, qui ne doivent en aucun cas être minimisés, se produisent tous les week-ends sur la quasi-totalité des terrains, sans que cela n’émeuve qui que ce soit. Notre club, qui n’a fait l’objet d’aucune sanction depuis le début de la saison, a fait tout son possible pour limiter les comportements répréhensibles tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du stade. La sécurité du SCB est ainsi intervenue pour faire cesser ses agissements inédits et il aurait été objectif et honnête de reconnaitre que le match s’est déroulé ensuite dans un esprit certes engagé mais sans aucun problème, puisque seulement deux avertissements ont été distribués aux joueurs.

Il en va de même sur la tentative de polémique quant à l’utilisation de boucliers en plexiglas par la sécurité du club sur les corners joués devant la tribune Est. Loin d’être constitutifs de la moindre faute, ces objets sont utilisés depuis la saison dernière de manière préventive par les stadiers du club, même en l’absence de tout projectile. Cette mesure, qui a été adoptée il y a 6 mois en réaction aux incidents survenus lors du match contre Lille, est systématiquement évoquée lors de chaque réunion préalable de sécurité et avec les officiels de la LFP, sans que cela fasse l’objet du moindre commentaire.

Notre club continuera à travailler avec ses supporters, pour que le club n’ait plus à pâtir de certains comportements qui sont aujourd’hui sanctionnés. Le Sporting Club de Bastia demande simplement aujourd’hui une chose : être traité comme les autres, avec objectivité et impartialité, n’en déplaise aux amateurs de sensationnalisme en tous genres.

Uniti vinceremu. Forza Bastia !

À lire également

Ricevete a lettera