Frédéric Hantz : "le groupe a envie de bien finir"

ETG2.jpg

Injustement privés du point du nul ce soir face à Evian, le coach bastiais est revenu sur la prestation de son équipe à l'issue de la rencontre. Retrouvez sa réaction.

Frédéric Hantz : «Le fait marquant de cette rencontre, ce sont les décisions arbitrales. Je ne remets pas toute la faute sur les épaules de monsieur Kalt, car je considère qu'il n'a pas été aidé par ses assistants ce soir. Sur le coup-franc qui amène le deuxième but d'Evian, il y a une main qui n'est pas signalée. Et ensuite sur notre égalisation, je me demande comment il est possible de voir un hors-jeu. Evian a été victime d'erreurs d'arbitrage cette saison, et j'ai l'impression qu'il y a eu ce soir une forme de compensation.
Ce soir ce n'est pas le jeu qui a influé sur le résultat, ce sont les décisions arbitrales. Il y a eu des fautes grossières qui n'ont pas été sanctionnées, c'est très choquant à ce niveau-là. Au niveau du jeu, on a ouvert le score et on a réussi à se procurer des situations de but. C'est dommage de ne pas avoir su conserver notre avantage jusqu'à la pause, surtout quand on voit la physionomie de la seconde période. On n'arrive encore pas à être compact pendant 90 minutes. Le groupe a vraiment envie de bien finir la saison, donc on va continuer à mettre beaucoup d'envie dans notre jeu».

Pascal Dupraz : «On a eu beaucoup de difficultés ce soir car Bastia nous a vraiment compliqué la tâche. En première période, on était tellement loin les uns des autres, on a manqué de spontanéité. Donc on a été punis logiquement. Ensuite on a bénéficié de la bonne inspiration du duo Bérigaud-Bénézet pour revenir au score, ce qui n'était pas vraiment mérité. En deuxième période, ce fut un peu mieux, même si apparemment les Bastiais ont marqué un but qui était valable.
L'illustre Guy Roux m'avait dit que, de temps à autre, les erreurs d'arbitrage s'équilibraient. Nous comptons 38 points, nous sommes très satisfaits. Néanmoins, le maintien n'est pas encore acquis, car nous ne possédons que huit points d'avance sur Sochaux, chez qui nous allons jouer une finale lors de la dernière journée. Il faut se montrer optimiste, mais nous ne devons avoir la mauvaise idée de musarder pendant que les concurrents se déchaînent. Nous avons un programme chargé, avec notamment un déplacement à Paris, contre une équipe qui pourrait être sacrée championne de France contre nous. Mais comptez sur nous pour ne pas prendre de photos au Parc des Princes. Si les joueurs de l'ETG veulent se faire prendre en photo, ils pourront le faire au pied du Mont-Blanc, une des merveilles du monde».

À lire également

Ricevete a lettera