Frédéric Hantz satisfait du match nul

L'entraineur bastiais a affiché sa satisfaction après le nul entre Bastia et Marseille (0-0) ce samedi. «Le fait de rivaliser avec ce genre d'équipes, c'est de bon augure», a souligné Frédéric Hantz.

Frédéric Hantz : «Il y a la satisfaction d'avoir accroché l'une des meilleures équipes de France. On a la sensation d'avancer, donc c'est positif. Même si on a souffert, on a su plier sans rompre. L'an dernier à la même époque, on avait perdu 3 à 0 contre Saint-Etienne et 4 à 0 contre Paris. Notre groupe athlétiquement et tactiquement n'est qu'à 70% de ce qu'il peut faire, le fait de rivaliser avec ces équipes, c'est de bon augure. Je suis très satisfait des débuts de Krasic. On imagine toujours des scénarios, je pensais le sortir à l'heure de jeu, il a failli faire basculer le match sur un débordement. C'est un joueur qui fera lever le stade, il y a du Johnny Rep dans Krasic et c'est un mariage avec le public qui commence bien. Lors du retour aux vestiaires, il ne s'est rien passé du tout. J'ai connu des couloirs beaucoup plus turbulents. Chacun en fin de match conteste un peu, mais il est inutile de parler de certaines choses dérisoires par rapport au match. Quand Milos (Krasic) et Ryad (Boudebouz) seront au top, à la fois à domicile et à l'extérieur on pourra créer du danger.»

Elie Baup : «On a joué 48 heures après un match intense contre Arsenal où on a laissé beaucoup d'énergie. Les vingt premières minutes ont été compliquées, cela a été une grosse pression d'entrée. Après on a repris un peu le cours du jeu. En deuxième période, on a une possession de balle supérieure. Dommage qu'elle ne se soit pas traduite par un but.
On a eu des frappes en première période. Ce n'était pas évident car on avait une équipe en face qui, avec un jeu direct, nous a obligés à jouer bas. Ensuite on a joué plus haut et alors on a eu des frappes qui ont été cadrées. Je sais qu'on doit continuer à travailler ces situations. On limite la casse entre guillemets, il faut se serrer les coudes et saluer notre groupe. Même dans les moments difficiles, notre groupe a montré une bonne mentalité».

À lire également

Ricevete a lettera