Jean-Louis Leca : "a nous de trouver des solutions"

FO7G0025.jpg

Apparu pour la première fois de la saison le mois passé à Evian en Coupe de la Ligue, le natif de Bastia gardera les buts demain soir face à Bordeaux en raison de la blessure de Mickaël Landreau. Sans pression particulière, il aborde la rencontre avec sérénité et motivation. Retrouvez les questions de la presse.

Jean-Louis, demain sera ta première à Furiani après des débuts face à Lens en 2005. Est-ce un rêve ?

Je retrouve Furiani, je suis très content d’évoluer devant le public mais il y aura un match à gagner…

Bordeaux reste sur une bonne série, comment abordez-vous ce match ?

On les aborde tous de la même façon. Chaque match de Ligue 1 est difficile à gagner. Il faudra mettre les ingrédients pour être costauds derrière et amener de la folie devant avec l’aide de notre public pour les mettre dans la difficulté.

Y a-t’il eu un « coup de gueule » cette semaine à l’entrainement ?

Un coup de gueule non, on a discuté, regardé les matches et nous sommes des professionnels. On s’est mobilisé pour gommer ces erreurs, travailler et repartir du mieux possible.
A Valenciennes nous avons payé nos erreurs cash, avec un maximum de réussite pour Valenciennes. Si je détenais vraiment les clefs je vous le dirai, mais je ne sais pas trop pourquoi on est plus performants ici. Le public doit y être pour quelque chose.

La situation reste tout de même compliquée…

Des constats on été faits, on s’est parlé et on est conscient de ce souci. Il ne faut pas non plus parler que de ça pour ne pas installer non plus une psychose. A nous de trouver les solutions et essayer d’engranger des points à l’extérieur.

Est-ce aux tauliers de rappeler ce que représente ce maillot ?

Je ne pense pas. En tant que Corse, je n’ai pas l’impression que qui que ce soit manque de respect au maillot. Il ne faut pas se tromper. Après, ce doute à l’extérieur s’est installé car on a pas gagné, qu’on a ouvert le score a plusieurs reprise sans l’emporter mais il faudra tout faire pour l’emporter demain à domicile.

Tu ne sembles pas avoir de pression, ton match à Evian c’était d’ailleurs très bien passé d’un point de vue personnel.

Le match le plus important est celui qui arrive, sur lequel on est jugé. Ca s’est bien passé pour le moment et il faudra être le plus performant possible pour aider l’équipe. Aujourd’hui j’ai 28 ans, père de famille et beaucoup de choses ont changé depuis que je suis parti. J’aborde les choses différemment, mais l’envie de bien faire est toujours là.

L’apport de sans neuf va t-il faire du bien dans le groupe ?

Je pense qu’au-delà de neuf, on va parler de nombre. On a eu du mal à finir car nous sommes un des effectifs les plus restreints de Ligue 1. Le fait qu’il soit plus étoffé peut permettre de pouvoir changer en conservant de la qualité.

À lire également

Ricevete a lettera