Jean-Louis Leca : "on travaille tous les jours..."

1-IMG_7939.jpg

Revenus frustrés de Marseille, Jean-Louis Leca et ses coéquipiers se tournent désormais vers ce match "bonus" de Toulouse... qui pourrait permettre à l'une des deux équipes de faire son entrée dans le "fameux" top 10.

Pour revenir sur ce match de Marseille, comment passer à travers ?

Comme je l’ai déjà dit, nous n’avons pas les explications car si on les avait, on mettrait tout en œuvre pour changer la donne. On sait qu’on est passé à travers, on sait aussi qu’on est tombé contre une grosse équipe. Et sur ce match là, les 4 offensifs ont été hors norme. On est passé à côté mais ils ont fait un gros match.

On a l’impression que certains se reposent sur leurs lauriers ?

Aujourd’hui, quand on part pour jouer un match, on est plein de volonté. On est attendu au tournant et à l’arrivée, il y a plein de choses qui font que ça se passe bien ou pas. Sur ce match là, on avait de bonnes sensations à l’avant-match. Derrière il y a ce but, la blessure de Gilles, cette désorganisation et ce second but qui vient de l’autre monde. Derrière, sans manquer de respect à Luzenac, on ne joue pas non plus Luzenac. Les gens disent qu’on n’est pas concernés, c’est totalement faux. Il faudrait filmer un avant match pour voir notre implication et notre concentration, c’est totalement faux.

Demain, c’est l’occasion de rectifier le tir avant Monaco ?

Déjà, on le prend comme un match bonus. Si on ramène un point ce sera très bien, si on en ramène trois ça fera taire certaines personnes.

On peut s’attendre à retrouver onze guerriers face à un autre gros adversaire qui est Toulouse ?

On part toujours dans cet état d’esprit là. Après, il ne faut pas dire qu’on est dans un mauvais état d’esprit. On travaille tous les jours pour rectifier ça et ça ne paie pas pour l’instant. On met tout en œuvre pour ça en tous cas. On est le dix-neuvième budget, donc il n’y a que des gros matches à jouer…

À lire également

Ricevete a lettera