Jérôme Rothen s'est « tellement régalé » ...

FO7G8616.jpg

Véritable coqueluche de Furiani durant les deux dernières saisons, le milieu de terrain vient d’officialiser la fin de sa carrière après une dernière aventure malheureuse à Caen. Très heureux de fouler la pelouse d’Armand-Cesari hier, Jérôme Rothen nous a fait le plaisir de répondre à nos questions.

Jérôme, pou toi qui a été un grand artisan du retour du Club en Ligue 1, c’est forcément un plaisir de revenir ici ? Plaisir d’ailleurs partagé…

J’ai surtout vécu deux années extraordinaires. J’étais parti d’ici sans dire au-revoir donc c’est vrai que ça me fait évidemment très plaisir de pouvoir participer à une rencontre, de les suivre, d’être derrière eux et de ressentir cette ambiance qui est fabuleuse.

Il est vrai que cette équipe a évolué depuis ta venue…

Comme vous avez dit, il y a eu beaucoup de changement notamment dans l’effectif, mais les valeurs essentielles ont été préservées pour y arriver et je sais de quoi je parle. En deux ans nous avons créé quelque chose d’extraordinaire, pour certains trois depuis le National, et c’est vrai que c’est dans la continuité. C’est aussi bien d’être tranquille au classement. Après on peut toujours rêver, en tous cas, c’est une ville qui mérite d’avoir une équipe digne de ce nom.

On t’imagine heureux de retrouver des joueurs qui ont participé à cette aventure en ta compagnie, toi qui viens de prendre ta retraite ?

J’ai effectivement arrêté ma carrière. Je ne vous cache pas que le fait d’être parti de Bastia a été une grosse cassure et que c’était compliqué de repartir sur un autre projet. Je l’ai tenté à Caen car c’était mon club formateur, en voulant essayer de rendre ce qu’on m’a donné mais tous les moyens n’étaient pas mis en place pour y arriver et j’ai préféré dire stop au bout de trois mois, plutôt que de continuer et que ce soit une bérézina.
Je suis comme ça et je ressens les choses… Et c’est vrai que je me suis tellement régalé ici que j’ai peut-être aussi mis la barre trop haute à Caen. En tous cas pour moi, ma carrière s’est terminée ici et non-pas à Caen.

Tu n’as pas quitté le monde du football pour autant…

J’ai entamé une carrière de consultant et ça se passe très bien. J’ai aussi la chance d’avoir pas mal de propositions, j’en profite et ça me permet de rester proche du terrain car pour nous anciens joueurs, c’est ce qu’on aime. On veut rester en contact avec les joueurs, c’est ce que j’arrive à faire pour le moment et j’espère que ça sera le cas un bon bout de temps.

À lire également

Ricevete a lettera