Julian Palmieri : "nous sommes dans nos objectifs"

1-IMG_8008.jpg

La déception d'Ajaccio évacuée, les bleus sont désormais tournés vers la réception de l'Olympique Lyonnais qui reste sur deux revers de rang. S'il sera difficile de faire aussi bien que l'an passé (victoire 4-1), les coéquipiers de Julian Palmieri sauront s'appuyer sur ce qu'ils savent faire de mieux, en proposant du spectacle à Furiani. Interview.

Après ce match nul contre l’ACA, comment avez-vous préparé cette réception de Lyon ?

Sereinement. Ce match a été une contre-performance où on a payé notre relâchement. C’est bien de rejouer aussi vite pour se remettre dans le match qui arrive. Après, il n’y a pas non plus mort d’homme. On est dans la première partie du tableau et nous sommes dans nos objectifs. On prépare bien ce match de Lyon sans pression et devant eux. A nous d’assumer.

Est-ce un match particulier pour vous ?

Plus maintenant. J’ai pris assez de recul vis à vis de ça. L’OL est désormais derrière moi. J’ai tourné la page et j’ai préparé ce match tout à fait normalement en ayant oublié cette période, même si je n’ai pas oublié que j’y suis né.

Le match de l’an passé était une rencontre référence. L’avez-vous toujours en tête ?
Forcément. Il va falloir essayer de faire le même match même si ce sera compliqué car ils sont dans une période délicate. Si on peut s’appuyer sur ça on le fera, même si on a pas l’ensemble de nos joueurs et qu’on a appris une mauvaise nouvelle jeudi (suspension de Romaric). Eux seront très costauds et prêts. C’est un tournant dans leur saison et il faudra bien s’y préparer.

C’est le troisième match de la semaine. L’enchainement se fait ressentir ?

On n’a pas trop l’habitude de jouer tous les trois jours, Lyon oui. On a perdu Diakité et Khazri sur des lésions, preuve que nous sommes un peu fatigués. On se prépare tous le plus professionnellement possible. Il y a beaucoup de choses, les voyages, la répétition des matchs… On perd aussi Romaric pour Lille dans des conditions qu’on ne comprend pas. Quand on pense au geste de Cvitanich et celui de Romaric, on a tous du mal à comprendre ce qui se passe avec le Sporting… Il faut en parler.

À lire également

Ricevete a lettera