Les bleus ne verront pas les quarts

Comme lors de leurs quatre précédentes rencontres, les hommes de Frédéric Hantz n'ont su conserver leur avantage et s'inclinent donc face à cette équipe d'Evian qui a su trouver les arguments pour inverser la tendance. L'aventure s'arrête ici.

Une température négative, une surface de jeu difficile, des absences à la pelle et un second déplacement en quatre jours seulement, voilà de quoi donner pas mal d’interrogations à nos bleus qui se déplaçaient ce soir en Haute-Savoie.
Et si vous ajoutez a cela un penalty généreux accordé peu avant la 10è minute de jeu par Benoit Millot aux locaux, l’addition aurait pu être encore plus salée pour les coéquipiers de Féthi Harek. C’était toutefois sans compter sur le métier de Jean-Louis Leca qui remportait son duel avec Ruben et permettait aux siens de se maintenir dans une rencontre qui paraissait décidemment indécise, jusqu’à la demi-heure de jeu et cette belle frappe lointaine de Monsieur Coupe de la Ligue, le dénommé Ilan, qui venait donc tromper la vigilance d’un Laquait bien impuissant.
Le plus dur était donc fait pour le Sporting qui pouvait désormais laisser son adversaire faire le jeu et ainsi gérer son avance au tableau d’affichage.
C’est d’ailleurs le chemin que les bleus allaient emprunter sans embuche jusqu’à la pause, après que Jean-Louis Leca eut tenu ses buts inviolés, avec tout de même, pour seule ombre au tableau, la rechute de Wahbi Khazri qui dû être remplacé par Ludovic Genest.
Il restait donc 45 minutes à tenir pour des bleus revenus des vestiaires avec des intentions similaires à celles affichés durant le premier acte et surtout un Jean-Louis Leca toujours aussi déterminant, à l’image de sa parade sur la tête de Ruben.
Mais au fil des minutes, la résistance bastiaise allait faiblir. Et c’est presque logiquement que Wass trouvait la faille dans la défense bastiaise à la 62è minute, avant de battre Leca d’une frappe imparable.
Contraints de repartir de l’avant, les bleus allaient au contraire baisser pavillon. Et c’est encore Wass qui se jouait trop facilement de la défense bastiaise pour placer une seconde fois le ballon au fond des filets d’un Jean-Louis Leca bien seul…
5 minutes auront donc suffi aux locaux pour renverser la vapeur et prendre les devants.
Une avance qui suffira d’ailleurs aux joueurs de Pascal Dupraz pour l’emporter, alors que Bérigaud aurait même pu aggraver la marque en fin de partie.
Eliminé de la coupe de la Ligue, le Sporting tentera de boucler son année 2013 par une victoire ce samedi à l’occasion de la venue de Montpellier…

À lire également

Ricevete a lettera