Mickaël Landreau, record en vue

IMG_7777.jpg

Au sommet de son art, le gardien bastiais s’apprête à vivre une semaine particulière, puisqu’il égalera dès dimanche face à Evian le record de nombre de matches de Ligue 1 jusque là établi par Jean-Luc Ettori, avant de le doubler au classement dans la semaine. A 48h de la rencontres et alors que toutes les caméras sont braquées sur l’international français, nous vous proposons de retrouver quelques extraits de la conférence de presse organisée ce matin à ce sujet.

« Je ne me dis pas vivement que ça passe. L’avantage d’avoir joué quelques saisons est de pouvoir anticiper cette période avec l’attaché de presse du club pour organiser au mieux cette période de forte sollicitation.
J’ai essayé de faire comme d’habitude et de préparer au mieux les rencontres car les matchs restent le plus important. »

« Ca représente énormément pour moi. Je ne prends pas complétement compte non plus de la réelle dimension même si je vois bien qu’il y a une effervescence. Quand on est gardien on est obligé de se remettre tout le temps en question.
Je pense que je me rendrais compte plus tard de que ça représente.
On a tellement de responsabilités sur les épaules en tant que gardien qu’on ne peut pas prendre le temps de se poser et savourer. »

« C’est particulier comme situation. Ca m’enlève un peu de pression aussi. Quand il y a un titre à aller chercher, soit tu gagnes soit tu perds. Donc c’est différent. Mais ça reste des matchs à une énorme envergure. »

« En championnat, pour nous gardien, on repart à zéro à chaque fois et tout à prouver.
Quand on voit les records dans les championnats étrangers, c’est assez équilibré entre les gardiens et les joueurs de champs. Ca montre aussi que les joueurs de champs sont capables de faire plusieurs saisons. Alain Giresse a d’ailleurs fait quelque chose d’extraordinaire.
Après ce qui est paradoxal, c’est qu’un joueur peut débuter sa carrière plus tôt qu’un gardien et finir plus tôt aussi, et le gardien peut débuter plus tard et durer. »

« Aujourd’hui, le gardien a une dimension dans son rôle qui est vraiment impressionnante. C’est différent. La préparation reste très exigeante. »

« C’est aussi pour ça que quand j’ai eu l’occasion de signer à Bastia, je ne trouvais pas ça anodin. Jean-Luc Ettori me l’a rappelé et c’est aussi sur ses terres que ce record va être égalé. Ca représente beaucoup pour lui aussi. Tous les clubs ont compté pour moi car c’est mon histoire. Après Nantes, où j’ai été formé avec ses valeurs, m’ont servi toute ma carrière. Mais l’histoire est belle que ce soit ici avec cette passion pour le jeu, ce club a forte identité qui représente tant pout la Corse, c’est top. Je suis ravi d’être ici, de voir l’évolution du club, de sa dynamique positive dans tous les domaines. Je suis heureux que ce record là se passe ici. Quand je vois tout ce qui est mis en place pour que le club avance, c’est aussi une chance de le vivre ici. »

« Personnellement, c’est une fierté, mais aussi beaucoup d’exigences, de remises en questions et un d’état d’esprit perpétuel pour la préparation, la compétition. C’est une vie organisée pour que la priorité soit toujours le l’entrainement et le match du week-end. Il y a des moments où il faut apprendre à dire non a des choses normales de la vie, comme trainer le soir, manger… Tout est essentiel quand on veut durer. Toutes les trêves aussi où il faut répéter ce genre de chose. Je n’ai jamais passé 3 semaines sans rien faire. Derrière ça il y a plein de choses… Ca fait autant de sujets à faire pour les journalistes plutôt que de se demander pourquoi un but sochalien est refusé… alors qu’il y a du fair-play derrière et plein d’autres choses derrière tout ça. »

« Ce qui est important, c’est de ne pas changer ma façon de me préparer vis à vis de mes coéquipiers. Je ne dois pas les perturber avec ça car une semaine très importante se profile avec 3 matchs, qui seront peut-être très importants pour notre saison. »

« Si je suis là aujourd’hui, c’est pour prouver que je ne veux exister que sur le terrain. J’aurais le temps d’exister en dehors mais pour l’heure, je garde l’envie d’être le meilleur possible sur le terrain. Je prends vraiment du plaisir a faire ce que je fais et je pense que ce sera jusqu’au dernier jour. »

« Aujourd’hui, je vis année par année. Le plus important reste la motivation et l’envie d’être au plus haut niveau. A travers ça, ça demande encore beaucoup d’exigences. Je n’ai pas envie de parler d’une décision dans un sens ou l’autre. J’ai des sensations… Après est-ce le destin que mon dernier match soit Bastia-Nantes ? Je ne fais pas les choses à moitié et donc je verrai. Je ne me pose déjà pas la question du physique, car tout va très bien.
Si je devais continuer, ce serait probablement ici. Je ne me vois pas en tous cas continuer autre part. Tous les jours, on sent une évolution du club qui se structure et qui avance. Il y a une qualité de vie exceptionnelle, chose qui n’est pas désagréable. Si je dois continuer à jouer, ce sera ici pour moi. »

SC Bastia : Mickaël Landreau, record en vue par SportingClubBastia

À lire également

Ricevete a lettera