Milos Krasic : "un honneur pour moi aussi"

IMG_7948.jpg

C'est en grand professionnel et accompagné d'un interprète en la personne de Tchouji Corlija que Milos Krasic a donné sa première interview à la presse venue ne masse pour l'occasion. Excité à l'idée de débuter sous le maillot bleu, l'international serbe fait le point sur sa venue et nous parle du club.

Milos Krasic
« D’abord je tiens à saluer tout le monde et en même temps saluer les dirigeants pour leur confiance. Ils ont cru en moi dès que l’opportunité de venir s’est présentée. J’estime être un bon joueur et je viens à Bastia dans un grand club au passé énorme. C’est un honneur de pouvoir jouer dans un stade mythique et un club aussi prestigieux.
La saison dernière s’est mal passée après une belle saison expérience à la Juve qui s’est mal terminée par rapport a une blessure. Le football turc a ses particularités et je n’arrivai pas vraiment à comprendre le système de jeu mis en place par le coach. Il n’y a pas de revanche a prendre et je suis très heureux de venir en France et plus particulièrement à Bastia. L’occasion s’est présentée et je crois en moi, au club et j’espère donner rapidement le maximum pour les dirigeants, le staff, le club et bien sur les supporters.
Personnellement, je ne connaissais personne avant de signer. Je ressens en tous cas une énergie positive et surtout une famille. Le groupe vit bien, l’ambiance est bonne et j’ai de bonnes sensations au bout d’aussi peu de temps. J’espère vraiment qu’on pourra exprimer au plus tôt possible notre énergie sur le terrain pour les supporters. Il y a ici un bon mélange de jeunesse et d’expérimentation et je serai très heureux d’apporter ma pierre à l’édifice.
Je communique en italien avec Modesto et si le coach parlait Corse, on aurait pu communiquer (rires) ! Mais je vais rapidement m’y mettre…
Je suis quelqu’un qui a l’habitude d’avoir la pression. Qu’il y ait une ferveur autour de moi me rend très content. Si je peux déjà faire rêver et donner du plaisir aux gens sans jouer, c’est très bien. J’ai conscience d’être ici pour faire la différence.
Je suis au courant que des joueurs prestigieux sont passés par ici. On est assez proches au niveau mentalité. Dzajic est le plus grand joueur serbe de tous les temps, c’est donc un honneur pour moi de pouvoir jouer dans ce club.
Pantelic était aussi passé par ici et c’était d’ailleurs le directeur sportif de Vojovdina, face à qui Bastia avait joué à l’époque en coupe Intertoto. C’est lui qui m’avait fait venir dans ce club, étant donné que je suis originaire du Kosovo. »

À lire également

Ricevete a lettera