Réaction attendue face à Nice

IMG_8069.jpg

Lourdement défait par le PSG samedi dernier, le Sporting espère se reprendre contre l’OGC Nice. C’est le deuxième derby de la méditerranée de la saison pour des Bastiais qui enchaîneront dès mardi en Coupe de la Ligue contre l’ACA.

La hiérarchie n’a pas été bousculée au Parc des Princes. Ibrahimovic, Cavani, Lucas et consort ont fait étalage de leurs talents. Un match où la loi des plus puissants a régné de la première à la dernière minute. Sirigu n’a jamais été inquiété de la rencontre, Landreau a lui été sollicité à de multiples reprises. Frédéric Hantz, après la rencontre, a parlé de retour aux fondamentaux. Il a mis en lumière les valeurs d’engagement et de dévouement, qui, selon lui ont manqué face au nouveau leader de la Ligue 1.

Ni les bookmakers, ni les commentateurs ne voyaient le SCB s’imposer face à Paris. Mais personne ne donnait les Bastiais si largement perdants. La déception était attendue, probablement pas avec une telle sévérité au score.
Cette semaine, le groupe s’est concentré sur le travail. Bénéficiant d’une vraie préparation, au contraire, de l’avant-match contre les hommes de Laurent Blanc où, en raison de la trêve internationale, l’équipe était amputée de plusieurs éléments.

Il faudra rajouter l’investissement au talent ce soir. En ce moment, Nice s’est hissé au très haut niveau. Impériale depuis son entrée dans son nouvel antre de l’Allianz Riviera, la formation de Claude Puel est venue à bout de l’Olympique de Marseille en match avancé de la 10e journée. Une démonstration de force, une leçon de robustesse, à l’image d’un gardien David Ospina en état de grâce. Le Colombien, revenu à son meilleur niveau, sera un obstacle de poids pour les Bastiais.

Deux défaites en vingt ans

Mais si le club à l’Aiglon est irrésistible à domicile, la tendance est bien différente à l’extérieur. Trois défaites, un nul et une victoire en quatre matchs, deux buts inscrits, sept encaissés, l’effet nouveau stade n’a pas que du bon.

Au final, les deux équipes se ressemblent fortement. Maîtres sur leurs terres, victimes en voyage, ce soir, soit la dynamique se poursuivra pour les deux, soit les choses changeront pour l’une ou l’autre.

Nice a gagné à deux reprises en vingt ans à Armand-Cesari. La dernière fois n’est pas si lointaine, elle remonte au mois de février. Un but de Maupay, 16 printemps à l’époque et un Bastia qui payait au prix fort le contre-coup de 10 matchs d’exil en Bourgogne. Cette fois, il n’y aura plus d’excuse. Frédéric Hantz avait dit que son équipe atteindrait le summum de son potentiel à la fin du mois d’octobre. Nous y voilà ! Les joueurs vont-ils une nouvelle fois lui donner raison ? Réponse à 21h50.

Nice, comme l'an passé

En attirant Mathieu Bodmer en qualité de joker au mois de septembre, l'OGC Nice a trouvé sa pièce manquante. En ce début de saison, l'attaque du Gym est reluisante. Dario Cvitanich la révélation de l'année dernière fait encore trembler les filets, le Belge Brüls rappelle à Puel « un dénommé Eden Hazard » et les jeunes pousses sont bien présentes.

C'est donc en défense que les voyants étaient au rouge sur la Côte d'Azur. Déstabilisés par le départ de Renato Civelli, les Niçois ont organisé une opération portes ouvertes lors des premières journées.

L'arrivée de l'ancien parisien, replacé stoppeur par son ancien mentor, a rééquilibré l'équipe. En plus de son physique, Bodmer apporte sa vista et sa qualité de relance. Il faudra se méfier de son pied droit et de son coup d'oeil ce soir. Nice est une équipe qui aime le combat, il va falloir répondre présent au risque de de se faire des frayeurs.

À lire également

Ricevete a lettera