Retrouver le chemin de la confiance

4-IMG_7750.jpg

Les défaites contre Monaco, Saint-Etienne et Paris étaient prévisibles. Le Sporting ne boxe pas dans la même catégorie. Mais celle à Nice la semaine dernière a laissé beaucoup de frustration dans nos rangs. Une défaite, des supporters interdits de voyage, de l'injustice arbitrale et le sentiment désagréable que l'équipe n'a pas pu livrer bataille. Contre Reims, les joueurs vont avoir besoin de vous pour renouer avec le goût de a victoire.

Monsieur Varela n'aime décidément pas le Sporting. Cette saison, sur trois rencontres dirigées, l'arbitre breton a offert trois défaites aux Bleus. Neuf buts encaissés, deux expulsions – à chaque fois Yannick Cahuzac – et un seul but marqué. Chat noir ou faut-il voir plus loin ?
Frédéric Hantz n'a pas manqué d'évoquer l'arbitrage cette semaine. « Aujourd'hui n'importe qui peut faire une faute sur Yatabaré, il n'aura jamais rien. Alors que si Yannick Cahuzac fait le moindre écart, il prend un jaune et à la seconde il prend rouge. Sur le premier quart d'heure à Nice, nous n'avons pas été jugé partiellement. Réginald Ray a été expulsé à cause du 4e arbitre. Alors que l'attitude du banc niçois était plus agressive que la notre. Yannick Cahuzac prend un rouge alors qu'il a une entorse du genou. Sur une faute où il lève le pied mais ne voit pas l'adversaire arrivé. »
Des a priori arbitraires, l'équipe n'en a sans doute pas besoin en ce moment. En traversant le cycle le plus périlleux de sa saison, rien ne lui réussi en ce moment. C'est la théorie du domino, « quand tout va mal, tout va mal ».

Qui succédera à Khazri et Ilan ?

Pour inverser la tendance, Jean-Louis Leca et les siens vont devoir venir à bout du Stade de Reims. L'équipe surprise de la saison en Ligue 1. Alors qu'ils visaient le maintien en août, les voilà en embuscade pour dénicher un billet pour l'Europe. Septièmes à deux points de la cinquième position des Lyonnais, Florent Ghisolfi et ses coéquipiers appréhendent ce voyage à Furiani dans la peau du favori.
En tout cas au plan comptable car le Sporting a retenu les leçons des derniers matchs à la maison. Trois défaites consécutives sans marquer le moindre but, la spirale doit et va cesser. Cette semaine à l'entraînement, les joueurs ont mis beaucoup d'intensité. Une grosse dose d'envie et de volonté. Il devra en être de même dès le coup d'envoi.
D'autant que Reims n'aime pas notre stade. Tout le monde se souvient de la glissade d'Agassa il y a deux ans. Dans les dernières secondes, le gardien togolais avait permis à Wahbi Khazri de nous offrir les trois points. Il y a aussi le souvenir de la saison passée, pour le retour de la L1 à Bastia. Cette fois Ilan avait libéré Furiani dans les ultimes instants.
Jamais deux sans trois. Samedi soir, il faudra se donner à fond pour repartir sur de nouvelles bases. Une victoire nous offrirait quasiment officiellement le maintien. Même si la déception a marqué ces dernières semaines, l'union doit prévaloir en cette fin de championnat. Comme le disait Frédéric Hantz, la solidarité est la seule alliée du Sporting. « Ce n'est pas en cherchant des coupables ou en incriminant tel ou tel joueur qu'on avancera. C'est normal que certains le face à l'extérieur mais nous on doit se protéger des vents contraires pour rebondir. Notre ambition est toujours de terminer dans les dix premiers. Je suis persuadé que nous en sommes capables. »

À lire également

Ricevete a lettera