Arrêté du Ministère de l'Intérieur : l'indignation du SC Bastia

C’est avec consternation et colère que le Sporting Club de Bastia a pris connaissance ce jour du contenu de l’arrêté d’interdiction de déplacement des supporters du RC Lens signé par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Plusieurs des raccourcis mis en avant pour justifier cet acte nous apparaissent en effet gravement diffamatoires vis-à-vis de nos supporters qui sont non seulement considérés dans leur globalité, mais surtout accusés de faits à la fois imaginaires et délibérément grossis.

Ainsi, nous ne pouvons accepter de lire que « lors des matches organisés à Furiani, les supporters du SC Bastia font systématiquement preuve d’un comportement violent, quelle que soit l’équipe adverse », que des « troubles violents et graves sont survenus régulièrement », qu’à l’occasion du match contre Marseille « 10 policiers et 34 gendarmes ont été blessés, outre de nombreux spectateurs » et enfin que « la plupart des supporters bastiais commettant des actes violents sont revêtus de cagoules ».

Par le présent communiqué, nous réfutons donc totalement ces allégations et amalgames qui tendent à présenter notre club, notre public et notre stade comme des refuges de l’ultraviolence.

Loin de faire preuve d’un comportement « systématiquement violent », les supporters du SC Bastia ont été au contraire exemplaires depuis près de 2 ans. Sur les 30 dernières rencontres qui se sont disputées à Furiani, notre club n’a fait l’objet en effet que de 8 convocations devant la commission de discipline de la LFP, à chaque fois pour de la pyrotechnie, et aucunement pour de présumés « comportements violents ».

Aux antipodes du hooliganisme, Furiani est aujourd’hui un stade qui, de l’avis général (joueurs, délégués, présidents de clubs, président de la LFP lui-même) fait partie des meilleurs en matière d’organisation des rencontres. Affirmer le contraire est donc à la fois calomnieux et mensonger et nous nous demandons à quel jeu se livrent certains conseillers du ministre qui ont rédigé cet arrêté, sachant de surcroit que les incidents de la rencontre Bastia-OM sont actuellement en instruction avant d’être examinés le 18 Septembre prochain par la LFP.

Concernant par ailleurs le bilan hallucinant de blessés que l’on présente une nouvelle fois à propos de la réception de Marseille, nous rappelons à Monsieur le Ministre que dès le lendemain de la rencontre le quotidien « Le Monde » avait ramené ces chiffres pour le moins extravagants à « 8 fonctionnaires blessés pour des acouphènes, n’ayant nécessité aucune hospitalisation et zéro jour d’ITT prononcés ».

Nulle part il n’a été fait mention de « nombreux spectateurs blessés » ce soir là et nous dénonçons donc ce procédé qui tend à alourdir sans fin et sur la base d’aucune information avérée, un bilan qui n’aurait fait l’objet d’aucune attention ailleurs, s’il ne s’était agi de Bastia et de l’Olympique de Marseille, qui plus est en une période estivale où il y a peu de grain à moudre en matière d’actualité.

C’est toujours à ce titre que l’on a enfin cru bon de devoir associer les supporters bastiais aux « cagoules » dont ces derniers seraient revêtus -en vertu de l’aspect prétendument systématique des incidents- lors de chaque rencontre. Sans nier que contre Marseille certains jeunes aient pu avoir le visage masqué, nous rappelons à Monsieur le Ministre que le Sporting Club de Bastia n’est pas le Ku Klux Klan et qu’on ne doit pas confondre Furiani avec la semaine sainte à Pampelune…

En nous réservant toute possibilité d’agir contre cet arrêté diffamant, notre club signifiera dès aujourd’hui aux autorités locales son indignation face à cet acte administratif inadmissible, qui met à l’index l’organisation des rencontres à domicile par le SCB ainsi que l’ensemble de notre public.

 Le comité directeur du SC Bastia

À lire également

Ricevete a lettera