Claude Makelele : "prendre des risques"

5N3A5326.jpg

A la recherche d'un succès depuis le mois d'Août, le coach bastiais a conscience des difficultés que son équipe rencontre au fil des matches. Mais samedi face aux bretons, la victoire sera impérative, comme il nous l'a expliqué ce midi en conférence de presse. Extraits.

Brandao

« Il reste un joueur important. On va voir ce qu’on peut faire pour le récupérer, si possible, dans 6 mois en demandant aux instances de revoir leur jugement. Dans l’immédiat, c’est notre seule possibilité. Sur les 3 derniers matches, nous n’avons pas eu le temps de travailler sur un autre système, notamment au niveau offensif. Du coup, nous avons revu les choses cette semaine. Je vais m’adapter par rapport aux qualités de mes joueurs offensifs. C’est difficile mais il ne faut pas lâcher et continuer. »

Lorient, match idéal ?

« C’est le danger aussi. On a laissé beaucoup de points à domicile et il faut rectifier ça. On doit préparer les joueurs dans de bonnes conditions et ne plus subir. Ca commence dès ce week-end. On sait que ce sera compliqué face à une équipe qui est dans une situation similaire. Mais à domicile, il faut passer un cap, ce qui est très important. Même si le jeu n’est pas séduisant, il faut prendre 3 points. Nous prendrons des risques, quitte à être punis pour ne pas être déçus à la fin du match. Pour en revenir en schéma, nous reviendrons sur celui du début de saison. »

Le message

« Il a été positif pour remettre les têtes à l’endroit. Comme j’ai dit, on a travaillé certains systèmes en étant à l’écoute des joueurs. Nous avons accentué l’exigence. Le dialogue a été important. Maintenant, à nous de nous libérer. »

Une certaine pression pour ce match ?

« Pression du résultat, oui. Pression tout court, non. J’essaie d’être très positif pour ne pas verser dans une mauvaise situation. Les joueurs ont besoin de se lâcher. On a rien à perdre, surtout chez nous. »

Le terrain. Comment s’y adapter ?

« C’est difficile dans l’état actuel. Il faut pas rechigner mais au contraire, créer quelque chose en ayant un état d’esprit par rapport à nos qualités individuelles et collectives. Les joueurs se plaignent énormément mais l’adversaire est dans la même situation que nous. On sait qu’ils viendront en situation défensive et pour nous contrer mais ça ne doit pas être une excuse. Il faut s’adapter. »

À lire également

Ricevete a lettera