De quoi être frustré...

5N3A4323.jpg

Face au leader du championnat, les Bleus avaient décidé de se déplacer sans complexe. Ryad Boudebouz l’avait dit avant le match : « nous allons à Bordeaux pour gagner ! ».

Face à une équipe girondine diminuée par certaines absences, le Sporting allait, tout de même, être bousculé dans les premières minutes par le pressing très haut des hommes de Willy Sagnol. Pourtant, les Lions de Furiani se montraient les premiers dangereux avec à la 7eme minute, un bon décalage de Boudebouz pour Ayité dont la frappe passait de peu à côté. 4 minutes plus tard, Carasso ratait sa sortie loin de ses buts. Maboulou, seul aux 35 mètres, héritait du cuir mais tergiversait pour placer finalement une frappe trop précipitée et non cadrée. L’alerte de trop pour Bordeaux qui passait la vitesse supérieure. A la 15eme minute, Mariano trouvait Rolan dont la frappe passait au dessus. Privé de ballons, les hommes de Claude Makelele avaient du mal à poser leur jeu. Pourtant à la 18eme minute sur un centre de Maboulou, Ayité, à la lutte dans les airs avec Poundjé, obligeait le défenseur à remettre sur Tallo qui d’un plat du pied instantané fusillait Carasso entre les jambes… Vexé, Bordeaux repartait aussitôt à l’attaque et Khazri plaçait un missile de 25 mètres de très peu à côté (22eme). Bien en place, le Sporting était bousculé mais restait solide. A l’image de l’envolée d’Areola à la 39eme minute sur une nouvelle tentative de Khazri.

Au retour des vestiaires Bordeaux conservait le même rythme et Kaabouni, tout juste entré en jeu, plaçait un tir à ras du poteau bastiais. Dans la foulée, Mariano débordait côté gauche et centrait en retrait pour Khazri qui allumait, à bout portant, mais un tacle plein de courage de Squillaci contrait la frappe de l’ancien bastiais. Un peu moins brouillons qu’en première période, les Bleus ressortaient mieux le ballon. Et à la 75eme minute, sur une longue ouverture, Ayité profitait d’une mauvaise sortie de Carasso et malgré une position excentrée, réussissait à frapper vers le but bordelais, laissé vide. Mais un « smash » de la main de Pallois détournait le ballon sur la transversale. Penalty et carton rouge flagrants sauf pour Mr Fautrel et ses assistants qui ne bronchaient pas !!! Une énorme et énième erreur d’arbitrage en faveur de Bordeaux en ce début de saison que le Sporting payait cash. 3 minutes plus tard, en effet, Mariano adressait un ballon piqué pour Rolan qui s’emmenait le cuir de la poitrine pour l’arbitre mais de la main selon les défenseurs bastiais. A bout portant, l’Urugayen croisait son tir et trompait Aréola. Un coup très dur pour une formation bastiaise courageuse et appliquée qui ne méritait un tel scénario. Pour la 3eme fois de la saison en 4 matchs, Bordeaux revenait au score. Un retour qui redonnait du peps aux locaux. Acculés sur leur but, les partenaires de Romaric courbaient l’échine mais ne rompaient pas. Areola veillait d’ailleurs au grain jusqu’au bout et notamment jusqu’à la 90eme minute avec une horizontale décisive sur un ballon dévié involontairement par Crivelli. C’était là la dernière alerte de ce match qui laissera un goût amer au Sporting. Floués par certaines décisions arbitrales, les Bleus auront eu le mérite d’accrocher le leader du championnat. De quoi donner de la confiance pour la suite et passer une trêve internationale ave

À lire également

Ricevete a lettera