Fin de série pour les bleus

03-BR7Q0206.jpg

La belle série bastiaise a ce soir pris fin au stade du Moustoir où Lorient a su trouver les arguments pour remporter trois précieux points. Une journée à oublier pour les hommes de Ghislain Printant qui tenteront de rebondir dès la prochaine journée.

Le Sporting se déplaçait donc ce soir en Bretagne pour y affronter une formation lorientaise capable du meilleur comme du pire. Vainqueurs de Lille la semaine passée sous la pluie, les bleus n’étaient guère dépaysés au Moustoir où la pluie s’était invitée depuis le milieu d’après-midi. Le décor planté, on assistait à un round d’observation jusqu’à une première tentative de Guerreiro sur un contre emmené par Philippoteaux. Mais ce sont les bleus qui allaient se créer la première véritable occasion de jeu avec une superbe reprise de volée signée Boudebouz consécutive à une longue ouverture de Modesto, laquelle était claquée en corner par Lecomte. La riposte lorientaise ne se faisait alors pas attendre. Sur un nouveau corner, Bellugou prenait le dessus de la tête sur Gillet et permettait aux siens d’ouvrir la marque (0-1, 16’).
Désormais dans l’obligation de réagir, les joueurs de Printant repartaient à l’attaque. Et Danic obligeait Lecomte à se coucher sur une frappe à l’entrée de la surface. Sauf que les lorientais ne l’entendaient pas ainsi. Areola sauvait d’ailleurs les siens sur une belle parade devant Ayew, quelques minutes avant que Jeannot ne rate le cadre. La menace se faisait ainsi clairement sentir à la demi-heure de jeu et Cioni jouait le pompier de service devant l’intenable Guerreiro pour éviter le pire dans la surface de réparation insulaire. Des insulaires qui devaient attendre la 41è minute de jeu pour s’offrir une opportunité par l’intermédiaire de Kamano, dont la frappe se dévissait devant la cage de Lecomte.

Les 45 premières minutes écoulées, on repartait sur les mêmes bases après le repos avec une formation lorientaise qui prenait l’initiative. Jeannot était même le premier élément à se mettre en évidence avec une tête qui passait à côté des montants d’Areola. Si la précision n’était pas au rendez-vous sur ce coup-là, elle ne l’était guère plus sur une reprise en première intention de Danic quelques instants plus tard. Ces deux maigres tentatives ne donnaient pas plus de certitudes aux deux formations qui peinaient de plus en plus à se créer des occasions de but. A tel point qu’il fallait patienter jusqu’à la 72è minute de jeu pour voir Philippoteaux tenter sa chance, sans réussite. Et alors que l’on s’acheminait vers une fin de rencontre sans saveur, Gianni Bruno venait mettre à l’abri son équipe d’une frappe croisée qui ne laissait aucune chance à Areola (0-2, 85’).

À lire également

Ricevete a lettera