Ghislain Printant : "il a tué le match"

ghislain-printant-il-a-tue-le-ma.jpg

Tant déçu que remonté, l'entraineur bastiais n'a pas mâché ses mots à l'issue de la finale perdue face au PSG. Retrouvez ses propos ainsi que ceux de son homologue parisien.

Ghislain Printant : «Je suis très déçu. Il y avait une superbe fête, une superbe ambiance, et je pense que cette fête a été gâchée, malheureusement. On avait de bonnes intentions, on l'a montré pendant les vingt premières minutes de jeu. Après, je ne vais pas rentrer dans les détails, je ne commenterai pas le penalty, l'arbitre a décidé. Mais je suis passablement énervé quand je revois l'action, qu'on puisse prendre un carton rouge là-dessus. Il ne s'est pas rendu compte qu'il a tué le match, gâché la fête. Il nous a enlevé des forces, le match est devenu beaucoup plus compliqué pour nous. Je suis déçu pour les garçons. On s'était fixé comme objectif en deuxième mi-temps de ne pas perdre le ballon, et si possible de revenir au score. On est tombé sur un très bon PSG, qui je pense n'aura pas puisé dans ses réserves. Ils pourront être frais mercredi contre Barcelone.
J'étais scandalisé quand on est venu m'annoncer ça (que M. Thiriez ne viendrait pas sur la pelouse, ndlr). On a un merveilleux public, une équipe qui essaie de jouer au foot, et aujourd'hui, on a manqué d'un grand respect à mes joueurs. Et ça, ça fait très mal. Demain matin, on va pouvoir se regarder dans une glace, je ne pense pas que ce président puisse se regarder dans la glace. Que notre président ne puisse pas présenter au président de la LFP ses joueurs qui ont fait un parcours exemplaire et emmené des milliers de Corses au Stade de France, je ne peux pas l'accepter. Le PSG a gagné 4-0, bravo, OK, je pense qu'il va être content, il va pouvoir boire sa coupe de champagne. C'est purement un scandale. Moi, il m'a fallu rassembler mes joueurs, être digne comme l'est ce peuple, et monter là-haut, on l'a fait par respect pour le Sporting Club Bastia, nos dirigeants, notre public, mais nous, on nous a pas respectés. Je ne lui ai pas parlé, je lui ai juste montré le T-shirt («Pas de match le 5 mai», date du drame de Furiani, ndlr). Je ne vais pas lui serrer la main alors qu'il n'a pas daigné descendre quelques marches. Il y a quelques années, il n'a pas daigné se déplacer pour un titre de champion (de L2, ndlr), qu'il arrête !»

Bastia 0-4 Paris : Conf. d'après-match de G... par SportingClubBastia

Laurent Blanc : «C'est une belle victoire, certes, mais pour les échéances qui nous attendent, gagner est la meilleure façon de se préparer. On n'a pas le temps d'apprécier à sa juste valeur cette victoire, car dès demain il faut se préparer pour Barcelone. Même si on a des problèmes de suspensions et de blessures, on arrive toujours à faire une équipe compétitive et meilleure que l'adversaire. C'est dommage parce que d'habitude quand on gagne une Coupe, on a le temps de l'apprécier, là ce n'est pas le cas. Les calendriers sont parfois mal faits. On aurait aimé fêter ça ce soir, on va le fêter mais j'espère raisonnablement.»

À lire également

Ricevete a lettera