Ghislain Printant : "la victoire de toute l'île"

ghislain-printant-la-victoire-de.jpg

Retrouvez les propos de l'entraineur bastiais à l'issue de la victoire enregistrée face à l'AS Saint-Etienne.

Ghislain Printant : «Cela fait quarante-trois points. C’est bien, même si on ne peut pas dire mathématiquement qu’on sera en L1 la saison prochaine. Au-delà de ce chiffre, je suis très fier de la production des garçons face à cette équipe de Saint-Étienne, très solide. Se créer autant de situations de buts, réussir à produire un tel contenu, ça permet de voir réellement les progrès accomplis. J’avais dit dès mardi aux garçons d’enlever tous les complexes qu’on pouvait avoir. En battant Saint-Étienne, on a deux points d’avance sur cette équipe sur les matches retour. Il ne s’agit que des matches retours mais quand même. Même à 0-0, j’aurais tenu le même discours, car on s’est montré supérieur dans beaucoup de domaines. J’espère qu’un jour on arrêtera de parler du contexte du Sporting club de Bastia et qu’on parlera des joueurs qui le composent.
Je suis amplement satisfait. Comme à Annecy contre l'Evian-TG (2-1), on n’a pas perdu pied. Cette équipe grandit. Je suis très fier des garçons. Il ne faut pas s’enflammer, s’arrêter là-dessus mais continuer à aller chercher des points et finir le plus haut possible. J’espère que mes joueurs vont me surprendre encore.
Je craignais de perdre cette finale de Coupe de la Ligue. Surtout de la manière dont on l’a perdue. Mais on a eu des ressources et on a su rebondir et réagir. Ce n’était pas évident de remobiliser tout le monde, d’apporter de la sérénité et de la confiance. Or, à Évian comme devant Saint-Étienne ce soir, c’est ce qu’on a vu. Je remercie également mon staff, car on a su trouver les bons mots pour libérer les joueurs d’un certain poids. Bastia n’a pas la tête d’un relégable. Cette victoire est celle de toute une Île.»

Bastia 1-0 St Etienne : Conf. d'après-match de... par SportingClubBastia

Christophe Galtier : «Que dire? Bastia mérite sa victoire et aurait pu l’emporter beaucoup plus tôt dans le match. Il aurait fallu, non pas un mais deux miracles pour gagner: mettre un but et ne pas en prendre. Heureusement que mes défenseurs ont eu de la réussite. Mais on a concédé trop d’occasions pour espérer un nul. Quant à la victoire… On a manqué de caractère, de détermination et d’un certain état d’esprit qui a été notre point fort pendant longtemps. Il était en train de glisser lentement et caché derrière les discours de blessures, fatigues, suspensions…»

À lire également

Ricevete a lettera