Guillaume Gillet évoque le début de saison

Très en vue depuis son arrivée sur l’île, l’international Belge a inscrit son premier but ce week-end en match officiel. Avec ce déplacement à Metz, Guillaume Gillet espère se rapprocher du haut de tableau… Interview.

 

« Guillaume, votre période d’adaptation avec la Corse fut fulgurante…
Ca a été a merveille. Il n’y avait aucune appréhension. Le premier contact avec le Club m’avait déjà laissé une très bonne impression. Je ne me suis pas posé de questions et je sentais que c’était ici que je devais poursuivre ma carrière. En 2 mois, je ne retire que des choses positives. Espérons que ça continue ainsi.

On peut d’ailleurs dire que ça l’a été autant niveau sportif.

Il y a eu beaucoup de changements donc je n’étais pas le seul à devoir m’adapter. Je suis quelque de très sincère et ça m’a permis d’être bien accueilli par le groupe et les corses en généal. Quand on se sent bien chez soi, ça se passe bien sur le terrain et je suis heureux de ces débuts… En espérant que ce ne soit pas une fin en soi et que le futur sur le terrain sera fait de bonnes choses.

Quelles différences avez-vous pu noter entre le championnat belge et français ?

L’aspect physique et la vitesse d’exécution. C’est très costaud ici… C’est une différence indéniable.

Vous aviez annoncé que vous appréciez aller de l’avant, est-ce que le coach vous a laissé les libertés souhaitées ?
C’était la première chose qu’il m’a confiée. Il me désirait dans un rôle de milieu de terrain. Je n’ai pas de secret, c’est mon poste favori. C’était déjà presque gagné pour lui en me soufflant ça. J’ai été attaquant de nombreuses années et le plaisir de marquer est resté en moi, même quand j’évoluais arrière doit. C’est dans mes gênes. Après, je me plierai toujours aux desideratas du coach. J’espère que petit à petit je sentirai les bons moments pour faire la différence, comme face à Lens où je ne me suis pas posé de questions après le repos.

L’équipe sort d’un match compliqué face à Lens…

C’était peut-être le plus facile à jouer car nous étions favoris d’avance. On n’avait pas eu l’habitude d’être dans cette position et de devoir faire le jeu. Nous n’étions peut-être pas prêts pour lutter contre ça. Mais la réaction a été bonne car nous avons corrigé certaines choses à la mi-temps et qu’il n’était pas possible de continuer de la sorte. Cette expérience nous permettra d’avancer.

Ce déplacement à Metz arrive vite. Faudra t-il s’appuyer sur la prestation réalisée fin août à Bordeaux ?

C’est vrai que Metz est une équipe comme Lens ou encore nous-mêmes. Ils vont chercher à décrocher rapidement leur maintien sans toutefois nous dominer outrageusement. Mais devant leur public, ils tenteront de nous mettre en difficulté. Nous aurons plus d’opportunités qu’à Bordeaux où nous avons marqué sur une demi-occasion. A nous d’être plus concentrés derrière, rester en bloc et repartir rapidement en contre-attaque.

Sur un plan global comment qualifies-tu le début de saison des bleus ?

En un mot, prometteur. C’était difficile pour moi de me prononcer au départ car je n’avais pas de repères de la Ligue 1. Je ne pouvais pas me projeter avant mais 6 points c’est 2 points trop peu par rapport à ce qu’on devrait avoir. Nous aurions du être dans les 6 premiers et c’est la bonne image de Bastia, si on retire la première mi-temps de Lens et le match de Paris. »

À lire également

Ricevete a lettera