Le Sporting ne méritait pas ça

5N3A6595.jpg

En s’inclinant 3 buts à 1 face à Monaco, le Sporting se retrouve de nouveau relégable. Un coup dur pour les Bleus qui face au club de la Principauté a, sans aucun doute, disputé son meilleur match depuis le début de la saison notamment sur le plan offensif mais surtout dans l’engagement. Il faut dire que les hommes de Claude Makelele ont rapidement été mis dans le bain par un Stade Armand-Cesari chauffé à blanc. 13500 spectateurs et 13500 Bandere ont enflammé les tribunes de Furiani et ont apporté la plus belle réponse à tous les détracteurs de la Corse et de ses valeurs ! Une ambiance des grands soirs qui a permis aux Bastiais d’emballer la rencontre rapidement. Dès la première minute, Ayité adressait un centre puissant mais il manquait quelques centimètres à Maboulou pour toucher le ballon. Survoltés, les partenaires de Boudebouz pressaient très haut en début de rencontre et s’exposaient ainsi aux contres monégasques. A la 4eme minute, Ferreira Carrasco se présentait face à Areola mais ne cadrait pas sa frappe. Un premier avertissement sans frais qui ne servait pas de leçon. Une minute plus tard, Ferreira Carrasco partait en contre, glissait un ballon millimétré pour Germain pour l’ouverture du score (5eme). Douchés les Bleus ne baissaient pourtant pas les bras et grâce à un pressing très haut, parvenaient à faire jeu égal avec Monaco. Mais trop d’approximations défensives permettaient aux joueurs de la Principauté de rester les plus dangereux à l’image de Traoré (12eme) et Germain (18eme). Généreux et combattif au milieu de terrain, grâce à une énorme abatage de Ryad Boudebouz, le Sporting faisait, pourtant, douter l’ASM. Et sur une ouverture lumineuse de Boudebouz, Ayité plaçait un centre à mi-hauteur pour une tête plongeante surpuissante de Maboulou qui égalisait de la plus belle des façons (21eme). Un retour au score qui équilibrait les débats et renvoyait les deux équipes aux vestiaires sur un ce score nul de 1 but partout grâce notamment à un retour in-extrémis de Peybernes sur sa ligne (41eme).

Le rêve tourne au cauchemar

Au retour des vestiaires, les Lions de Furiani accéléraient encore le rythme. A la 50eme, Ayité envoyait une lourde frappe de 25 mètres dégagée en deux temps par Subasic. Réponse immédiate de Monaco avec un missile de Bakayoko mais Areola s’envolait pour détourner en corner (53eme). Un Alphonse Areola énorme, dix minutes plus tard, sur une tête à bout portant, détournée magnifiquement en corner. Ca sentait le K-O à Furiani d’autant que les Bleus n’étaient pas en reste grâce au duo Kamano-Ayité. Sur une frappe écrasée du premier, le Togolais se retrouvait seul face à Subasic mais voyait le ballon lui filer sous les pieds. Que dire également de ce mouvement parfait entre les deux hommes avec un Floyd Ayité qui, au lieu de frapper, préférait remettre en retrait, juste dans le dos de Boudebouz. Le Sporting avait laissé passer sa chance. Sur un coup franc anodin, Kondogbia sautait plus haut que tout le monde et crucifiait Areola (79eme). Le coup de poignards pour des Bleus en manque de réussite et qui, dans la foulée, aurait pu égaliser sur un ballon relâché par Subasic mais Ayité n’était pas assez prompt. La soirée virait alors au cauchemar. Sur un nouveau ballon perdu bêtement, Martial se présentait seul face au portier bastiais qui réalisait encore un exploit mais le cuir repartait sur Carrasco pour le but de la crucifixion (84eme). Une défaite difficile à avaler pour une équipe qui a, peut-être, disputé là son match référence de la saison. Avec 10 points glanés en onze journées, le Sporting est aujourd’hui dans une situation compliquée. Et il faudra vite réagir face à Auxerre en Coupe de la Ligue, mardi, et surtout samedi prochain à Guingamp. Mais en affichant un tel état d’esprit nul doute que ces Bleus redresseront la barre rapidement.

À lire également

Ricevete a lettera