Le Sporting tient sa première

1-IMG_3606.jpg

Au cœur d’une tempête médiatique depuis plusieurs jours après l’affaire Brandao et les incidents du match face à l’OM, le Sporting et son public ont répondu de la meilleure des façons en s’imposant face à Toulouse. Un premier succès, cette saison, qu’il aura fallu aller chercher avec les tripes et le courage.

Des qualités mises en avant dès les premières minutes par une équipe bastiaise remontée à bloc. Avec un pressing haut et de l’impact dans son jeu, le Sporting emballait la rencontre rapidement. Dominateurs dans l’entrejeu, les partenaires de Guillaume Gillet étouffaient le Téfécé dès les premières minutes mais trop de précipitation et un dernier geste mal maîtrisé empêchaient les Bleus de concrétiser. Du coup, les Toulousains s’enhardissaient et à la 15eme minute sur une mauvaise relance de Romaric, Ben Yedder se présentait seul face à Areola mais ne cadrait pas sa frappe. De quoi réveiller, les hommes de Makelele et Boudebouz qui ouvrait lumineusement pour Ayité dont la volée instantanée finissait dans les gants de Boucher (18eme). Ayité qui, quelques minutes plus tard, frappait un corner repris par Gillet et détourné de la main par Akpa Akpro. Pénalty sifflé par Mr Moreira. Un cadeau que ne laissait pas passer Boudebouz dont le plat du pied plein axe faisait mouche (24eme). Le 15eme pénalty consécutif inscrit par Ryad Boudebouz dans sa carrière. Une ouverture du score logique mais loin de mettre à l’abri le Sporting. A la 28eme minute, Sylla centre au cordeau, Areola détourne mais le ballon traîne dans la surface et il faut l’intervention miraculeuse de Palmieri sur sa ligne pour empêcher l’égalisation. C’était là la dernière action d’une première période très intense mais marquée par beaucoup de maladresse.

Après le repos, les Bastiais repartaient tambour battant et obtenaient dès la 40eme seconde un coup-franc mais la frappe d’Ayité n’était pas cadrée. Un cadre qui allait fuir la tête de Squillaci pour quelques centimètres sur un corner de Boudebouz (56eme). Avec plus d’espaces qu’en première période, les Bleus harcelaient la défense toulousaine et sur un contre Maboulou se retrouvait seul face à Boucher mais perdait son duel (59eme). Boucher qui deux minutes plus tard réalisait une superbe envolée sur une frappe enroulée de 25 mètres de Tallo (61eme). Un arrêt de grande classe qui donnait des idées à Areola qui à la 69eme minute réalisait, lui aussi, une parade énorme face à Braithwaite. Emoussés physiquement par les nombreux efforts consentis au fil de la rencontre, les Lions de Furiani allaient reculer dans le dernier quart d’heure. Et malgré un nouveau duel perdu par Maboulou, les Toulousains se montraient plus incisifs et frais que les Bleus. Mais à l’image d’un Squillaci, héroïque malgré son masque pour protéger sa pommette, le Sporting s’accrochait à son but jusque dans les dernières secondes pour aller chercher le premier succès de la saison. Un succès obtenu au forceps, avec le cœur et avec surtout un public de Furiani énorme durant 90 minutes ! Ce Sporting là a répondu de la plus belle des façons à tous ses détracteurs !

À lire également

Ricevete a lettera