Pas d'exploit au Grand Stade

5N3A5350.jpg

En concédant leur troisième défaite de la saison, les Bleus n’ont pas réussi à enrayer leur mauvaise passe actuelle et enchaînent un cinquième match sans victoire. Si les hommes de Claude Makelele restent en dehors de la zone rouge, grâce à un meilleur goal average, ils ne possèdent qu’une petite longueur d’avance sur la lanterne rouge.

Une situation, après huit journées, que le club n’avait jamais connu depuis l’instauration de la victoire à trois points. Et pourtant, le staff technique bastiais a tenté beaucoup de choses à Lille pour relancer la machine. A commencer par un remaniement de l’équipe. Ainsi Florian Marange et Juan Pablo Pino étaient titulaires pour la première fois cette saison, Mathieu Peybernes replacé dans l’axe de la défense et Julian Palmieri installé plus haut dans son couloir gauche. Des changements intéressants sur le plan défensif où les partenaires d’Alphonse Areola ont retrouvé une certaine solidité et sérénité. En revanche offensivement, le déclic s’est, lui, fait malheureusement attendre.
Il aura fallu, en effet, patienter jusqu’à la 91eme minute pour voir la seule véritable action dangereuse du Sporting avec une frappe d’Ayité, aux 16 mètres, qui obligeait Enyama à capter en deux temps. Pour le reste, les Bleus ont eu toutes les peines du monde à ressortir proprement le cuir et à le conserver. Privé de ballons par un collectif lillois bien huilé, le SCB a tenté tout au long de la rencontre de gérer les vagues nordistes. Des attaques essentiellement basées sur des frappes aux 20 mètres. Ainsi, à la 14eme minute, Lopes s’essayait mais son tir n’était pas cadré. Tout comme celui de Mendes qui plaçait un ballon enroulé tout juste à côté du but d’Areola (20eme). Face à la maîtrise du LOSC, les Bastiais réagissaient timidement et sur un corner Squillaci, oublié dans la surface, plaçait une tête de peu au dessus (33eme). 4 minutes plus tard, le Sporting s’enhardissait et Pino faisait parler sa vista pour servir Maboulou mais la frappe croisée de l’ancien Castelroussin était contrée au dernier moment par le tacle de Souaré. Pas de quoi inquiéter véritablement Lille qui à la 39eme minute, cadrait, cette fois-ci, une frappe par l’intermédiaire d’Origi. Aux 20 mètres et malgré une défense bien regroupée, Origi enroulait un ballon aux 20 mètres qui ne laissait aucune chance à Areola. Un but inscrit au pire moment ! Et un but qui au vu des difficultés offensives bastiaises scellaient quasiment ce match.

Car au retour des vestiaires, le match ne changeait pas de physionomie. Les Bleus perdaient toujours aussi rapidement le ballon et les Lillois, eux, plaçaient des frappes lointaines à l’image d’Origi (56eme), Kjaer (58eme), Gueye (69eme) ou encore Rodelin (82eme) mais, à chaque fois, Alphonse Areola était à la parade. Sans être vraiment bousculé mais en offrant une prestation offensive bien trop maigre, le Sporting s’inclinait pour la 3eme fois de la saison. Englués au 16eme rang de la Ligue 1, les hommes de Claude Makelele devront absolument s’imposer face à Lorient, samedi prochain, pour ce qui s’annonce comme le match le plus important de ce début de saison.

À lire également

Ricevete a lettera