"Quelque chose de fort" pour Printant

quelque-chose-de-fort-pour-print.jpg

La satisfaction de l'entraineur bastiais ce samedi à Annecy était palpable au coup de sifflet final. Retrouvez sa réaction.

Ghislain Printant : «Nous étions venus ici pour chercher des points. Nous savions que ce serait une rencontre extrêmement difficile étant donné que les deux équipes étaient dans la même position au classement. Malgré le coup de massue reçu avec ce but encaissé juste avant la mi-temps et les occasions que nous n'avons pas réussi à concrétiser, nous avons insisté à la mi-temps sur la nécessité de ne pas baisser les bras, d'aller de l'avant. Nous savions que si on égalisait rapidement, on aurait ensuite des situations pour remporter le match.
Au nombre d'occasions de but, je pense que notre victoire est méritée. Je suis fier des garçons, ils ont répondu présent en seconde période. J'espère qu'ils seront capables de renouveler ce genre de prestation lors des quatre derniers matches. Nous n'allons pas faire la fine bouche car gagner à Evian n'est jamais facile. Ce n'est certes pas un exploit, mais c'est tout de même quelque chose de fort, car cette équipe de l'ETG avait l'habitude de faire de bons résultats contre les concurrents directs. Nous possédons quarante points, mais rien n'est encore fait. Ce championnat est très serré.»

Evian 1-2 Bastia : Conf. d'après-match de G... par SportingClubBastia

Pascal Dupraz : «Nous avons fait une bonne première période, et nous nous sommes arrêtés de jouer en seconde période. Nous avons assisté à un match agréable mais débridé. A partir du moment où l'on mène au score, nous devons être capables de fermer les portes. Nous payons cher nos errements défensifs. J'espère que ces erreurs ne nous coûteront pas notre place en Ligue 1.
Ce n'est jamais bien de perdre, ni surtout de se retrouver en position de relégable à quatre journées de la fin. Cette défaite nous fait mal. Le week-end avait mal débuté pour nous car vendredi soir, monsieur Bielsa avait décidé de se moquer du football et Lorient avait profité de ces largesses venues d'ailleurs. Au vu de la deuxième mi-temps, je me serais contenté du match nul, mais j'avais un mauvais pressentiment, et celui-ci s'est vérifié. Mais nous n'allons pas pleurer, il va falloir marquer des points très rapidement si nous voulons nous sauver.»

À lire également

Ricevete a lettera