Un Sporting a deux visages

5N3A4473.jpg

Méconnaissables en première période, les Bleus ont su retrouver leurs valeurs durant la 2eme partie de la seconde mi-temps pour arracher le match nul face au RC Lens. Une prestation en demi-teinte qui laisse beaucoup d’amertume.

Empruntés physiquement et battus dans l’impact, les hommes de Claude Makelele étaient bousculés dès les premières minutes par des Nordistes sans complexes. Bien aidés par la grève des supporters de Bastia 1905, les Lensois profitaient de la « petite ambiance » de Furiani pour monopoliser le ballon. D’ailleurs à la 12eme minute, ce sont eux qui se créaient la première très grosse occasion avec une balle piquée de Baal vers Chavarria qui devançait la sortie d’Areola mais, fort heureusement, sa frappe finissait dans le petit filet. Amorphe et sans imagination dans le jeu, le Sporting concédait, au final, logiquement l’ouverture du score juste avant la mi-temps. Sur un centre anodin, Chavarria, libre de tout marquage, s’élevait plus haut que tout le monde pour placer sa tête au fond des filets (40eme). De quoi provoquer la grosse colère de Claude Makelele durant la mi-temps.

Un coup de colère qui réveillait enfin les partenaires de Palmieri. A la 54eme minute, Peybernes s’arrachait sur son côté et adressait un centre parfait pour Gillet. En pleine course, le Belge se jetait de tout son long pour placer une mine qui rebondissait sur le poteau avant de transpercer les filets lensois. Les Bleus étaient enfin dans le match. Une minute plus tard, sur une mésentente de la défense nordiste le ballon revenait sur Tallo mais la frappe de l’Ivoirien rasait la lucarne de Riou. Privés, à leur tour, de ballon, les Sangs et Or reculaient de plus en plus et à la 74eme minute Riou réalisait un énorme arrêt réflexe sur une tête de Squillaci à bout portant. Portés par les rentrées d’Ogenda, Mokulu et Rodriguez, les Bastiais tentaient de forcer le destin dans les dernières minutes. Et le Colombien, justement, étaient à deux doigts de marquer un but à « la Messi » mais après avoir dribblé six Lensois, Joao Rodriguez s’empalait sur le dernier obstacle avant Riou. C’était là le dernier petit éclair d’une rencontre frustrante. Le Sporting concède deux points à domicile mais reste tout de même sur trois matchs sans défaite en championnat.

À lire également

Ricevete a lettera