Un Sporting a réaction

5N3A6736.jpg

Mené 1 à 0 face à la classe biberon de l’AJ Auxerre dès la 13eme minute, le Sporting a su trouver les ressources mentales pour s’imposer 3 buts à 1. Une victoire qui, au final, ne souffre d’aucune contestation mais qui aura mis du temps à se dessiner.

La faute à une jeunesse bourguignonne totalement décomplexée mais également à la pression qui plane actuellement au dessus des hommes de Claude Makelele. Un Claude Makelele qui pour ce match avait décidé de ne pas faire tourner son groupe. Seuls Modesto et Romaric entraient en défense centrale en lieu et place de Squillaci et Peybernes, laissés au repos. Pour le reste, c’était du classique sur le terrain. Et comme depuis quelques semaines, Ayité et Kamano endossaient le rôle de détonateurs du SCB. Parfaitement en jambe, les deux hommes semaient le trouble dès les premières minutes dans la défense auxerroise. Mais il fallait attendre pourtant la 9eme minute pour voir la première véritable occasion bastiaise. Sur un débordement, Kamano servait parfaitement Maboulou mais sa frappe passait de peu à côté. Loin d’être intimidées, les jeunes pouces auxerrois jouaient sans complexe et sur un contre, Diarra centrait facilement au cœur de la défense bleue pour M’bombo dont le plat du pied trompait Areola (13eme). Un véritable coup de massue pour une formation bastiaise qui n’avait pas besoin de ça pour douter. Pourtant, les partenaires de Modesto allaient s’accrocher. Et après quelques minutes de tergiversation, le Sporting reprenait sa marche en avant notamment par l’intermédiaire de Kamano dont les frappes hors de la surface obligeaient Lembet à trois belles parades (21eme, 25eme et 34eme). Même Diakité y allait de son centre rentrant mais le portier auxerrois repoussait le cuir (23eme). Brouillons mais plus percutants, les attaquants bastiais dominaient les débats mais manquaient de réalisme. Au contraire d’auxerrois qui profitaient de la moindre erreur. Et à la 44eme minute, Diarra partait seul au but sur un mauvais marquage de Romaric mais fort heureusement paniquait face à Areola.

Cissé le sauveur

Au retour des vestiaires, Claude Makelele changeait son fusil d’épaule et lançait Djibril Cissé en lieu et place d’Ongenda. Un changement qui offrait plus de profondeur et de poids au jeu offensif bastiais. Et justement sur un corner obtenu par Cissé, Boudebouz trouvait au second poteau, la tête d’Ayité, pour l’égalisation (57eme). Un but qui changeait complètement la physionomie de la rencontre et lançait le show Cissé. Sur un renvoi de Diakité, Cissé, dos au but, plaçait une tête en arrière qui lobait un Lembet parti à la pêche (64eme). Les Bleus étaient enfin sur la bonne voie. Cinq minutes plus tard, le « Djib » envoyait une volée dont il a le secret, juste à côté du montant droit des visiteurs. Dans la foulée, Ayité le servait mais le pointu du meilleur buteur français en activité flirtait encore avec les poteaux. Finalement Cissé allait obtenir son doublé à la 71eme minute. Sur un centre millimétré de Palmieri, l’ancien attaquant international claquait une tête victorieuse pour le 3eme but bastiais. La messe était dite… Claude Makelele pouvait souffler, les supporters turchni sourire et Joao Rodriguez faire admirer sa technique dans les dernières minutes. En décrochant sa qualification pour les 1/8emes de finale de Coupe de La Ligue, le Sporting se rassurait quelque peu avant son match choc à Guingamp, samedi…

À lire également

Ricevete a lettera