Bastia devra s'en contenter

Après avoir terriblement souffert en Bretagne et perdu son gardien Jean-Louis Leca sur blessure, le Sporting décroche un point sur la pelouse du Moustoir en ayant mené au score jusqu'à la 90è minute de jeu et un pénalty très litigieux accordé aux lorientais.

A l’occasion de son premier déplacement de la saison, le Sporting était une nouvelle fois opposé à une équipe bretonne. Beau vainqueur de Rennes samedi dernier, c’est cette fois-ci au FC Lorient que Bastia devait se mesurer. Une équipe lorientaise qui venait de décrocher un nul plutôt intéressant sur la pelouse de Gerland.
Et il ne fallait pas arriver en retard au stade du Moustoir ce dimanche où les bleus allaient rapidement prendre le taureau par les cornes. Idéalement servi dans la profondeur, Floyd Ayité, déjà buteur face à Rennes, s’en allait récidiver en éliminant Lecomte avant de placer une frappe enroulée sous la barre pour l’ouverture du score (0-1, 4’) !
Dès lors, ce sont les locaux qui étaient contraints de prendre rapidement le jeu à leur compte. Toutefois, bonne organisation bastiaise oblige, il fallait patienter jusqu’à la 26ème minute de jeu pour voir une première tentative lorientaise par l’intermédiaire de Ndong, dont la frappe n’inquiétait guère Leca. C’en était d’ailleurs tout pour cette première période qui aura vu les hommes de Sylvain Ripoll monopoliser le cuir, sans parvenir à créer le décalage dans une formation bastiaise bien en place, à l’image de cette belle intervention de Maboulou en toute fin de période sur Moukandjo.
Au retour des vestiaires, les bleus savaient qu’ils auraient fort à faire. Jean-Louis Leca était d’ailleurs contraint de sortir le grand-jeu sur une volée de Waris, en repoussant d’une claquette le ballon en corner. Décidément en forme, la recrue lorientaise plaçait une nouvelle banderille quelques minutes plus tard mais sa tête venait effleurer le montant gauche du portier insulaire.
Le premier coup dur intervenait alors pour les bleus. Touché au pied, Jean-Louis Leca était dans l’obligation de céder sa place à Thomas Vincensini, avant que Sébastien Squillaci n’entre consolider une défense bastiaise de plus en plus sollicitée. Car la dernière demi-heure était en effet à mettre à l’actif des bretons qui tentaient le tout pour le tout. Mais à force de courage, les joueurs de Ghislain Printant résistaient. Et François Kamano avait le ballon du 2-0 au bout de son pied mais c’était sans compter l’arrêt déterminant du gardien adverse…
Hélas, alors qu'on entamait le temps additionnel de cette rencontre, Monsieur Turpin désignait le point de pénalty sur une faute plutôt litigieuse de Squillaci. Moukandjo se chargeait alors de transformer la sentence et permettait à son équipe d'arracher un point in-extremis (1-1, 90').

À lire également

Ricevete a lettera