Gautier 2-1 Bastia

Bien que courageux et prometteurs, les bleus ont enregistré leur première défaite de la saison cet après-midi dans le Forez. Et comme de coutume, ils ont subi la loi d’Anthony Gautier qui aura anéanti les chances bastiaises à deux reprises.

En se rendant dans le Chaudron en cette fin août, les joueurs de Ghislain Printant savaient qu’ils devaient s’armer de patience et de vaillance, tant l’armada verte promettait de se faire pressante, sous les yeux de Monsieur Gautier, l’arbitre du jour.
Les hostilités démarraient d’ailleurs très vite pour les bleus qui dès la 3ème minute de jeu se retrouvaient réduits à dix suite à un nouveau saut d’humeur d’Anthony Gautier, qui renvoyait illico Djiku au vestiaire pour une faute bégnine sur Lemoine. Dès lors, les choses se corsaient clairement pour les coéquipiers de Cahuzac.
Nettement avantagés dans l’affaire, les verts prenaient logiquement les devants dans cette rencontre, tant dans le jeu quand dans la possession du cuir. Et c’est finalement sans surprise que Perrin venait catapulter le ballon au fond des filets à la vingtième minute de jeu suite à un énième corner stéphanois (1-0, 20’). On pouvait alors se demander de quel courage pouvaient alors s’armer les bleus. Et c’est justement en faisant le dos rond que ces derniers remettaient les gaz. Tout d’abord en repoussant tour à tour les nombreuses tentatives stéphanoises, puis en lui posant de plus en plus de problèmes, à l’image de cette tentative de Kamano à la demi-heure de jeu qui venait effleurer les montants d’un Ruffier plutôt tranquille. Tranquille oui, mais pas souverain. Alors que l’on se dirigeait vers la pause, Lassana Coulibaly créait le décalage décisif pour Gaël Danic qui venait refroidir le Chaudron au meilleur moment (1-1, 41’).

La seconde période reprenait sous le même schéma que la première s’était terminée. Et les stéphanois repartaient à l’assaut des buts gardés par Hansen. Sans parvenir à trouver le décalage dans le jeu, c’est sur une frappe lointaine d’Esseyric trouvait la faille pour l’ASSE, dans un match qui promettait pourtant du suspense (2-1, 63’). Un suspense auquel Anthony Gautier mettra définitivement fin moins de dix minutes plus tard en renvoyant gratuitement François Kamano aux vestiaires. Réduits à neuf, la messe était alors dite pour les hommes de Ghislain Printant qui n'en demandaient pas tant.

À lire également

Ricevete a lettera