Le SCB intensifie son engagement pour la langue

20160504_100142-1.jpg

Pierre-Marie Geronimi, Président du Sporting Club de Bastia et Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif de Corse, renouvelleront l’engagement en faveur de la Charte de la Langue Corse le samedi 7 mai 2016 au stade Armand Cesari à Furiani, à l’occasion de la rencontre de Championnat Bastia-Angers et en présence de Xavier Luciani, Président de L’office de l’Equipement Hydraulique de Corse et Conseiller Exécutif en charge de la Langue Corse.

La politique de la Collectivité Territoriale de Corse

Le plan de développement de la langue corse de la collectivité territoriale de Corse vise à affirmer l’importance de la langue corse en tant que lien social, en mobilisant l’ensemble des acteurs insulaires autour d’un consensus relatif aux enjeux du développement et de la diffusion de la langue dans tous les champs de la vie sociale.

Ainsi, la politique linguistique repose sur deux axes de développement qui sont deux projets en interaction :
- le projet éducatif visant à installer le bilinguisme précoce français-corse pour aller vers le plurilinguisme préconisé par l’Europe.
- le projet sociétal : visant à favoriser l’usage de la langue corse dans tous les domaines de la société (pratique familiale, usage administratif, usage au sein des entreprises, dans les media, dans les secteurs professionnels, dans les secteurs enfance et loisirs jeunesse, etc).

Avec l’adoption par l’Assemblée de Corse des « propositions pour un statut de co-officialité et la revitalisation de la langue corse » par la délibération du 17 mai 2013 et l’adoption d’un nouveau plan de développement « Lingua 2020 – Planification pour la normalisation de la langue corse et le progrès vers une société bilingue » par la délibération du 16 avril 2015, de nouveaux objectifs de progression vers la normalisation de la langue et une société bilingue, dans un processus de coofficialisation, ont été assignés.

 

L’adhésion du Sporting Club de Bastia à la Charte de la Langue Corse

Au sein du projet sociétal, la « Charte de la langue corse » a été initiée pour favoriser l’utilisation du corse dans les collectivités publiques, les administrations, les entreprises et le tissu associatif ; elle concerne différents domaines : la formation des personnels, le développement de la communication externe et interne, la signalétique, l’accueil du public...

Elle est constituée de deux documents :

  • Le premier, « Principes et engagements communs », concerne les collectivités locales, services publics, entreprises et associations et fixe les engagements de l’organisme signataire qui :
  • reconnaît qu’en Corse l’usage de la langue corse est naturel dans la vie économique et sociale et dans l’espace public, aux côtés de la langue française ;
  • considère que tout un chacun a droit à une formation à la langue corse, qui est un facteur de cohésion sociale, d’intégration et de développement dans notre société ;
  • estime devoir s’engager dans le processus collectif qui permettra à la langue corse de trouver toute sa place dans la société.
  • Le second, « Niveaux de certification », spécifique aux communes, il précise les actions qui seront mises en place par la collectivité signataire selon le niveau d’engagement souhaité.

Pour les entreprises, les associations ou les services publics autres que les communes, il s’agit de signer le document « Principes et engagements communs » et d’engager des actions précises, sous forme d’ « engagements spécifiques » s’inspirant de celles définies pour les communes.

À ce jour, 121 communes, soit plus d’un tiers des communes de Corse dont les plus importantes, ainsi que les communautés de communes de Costa Verde, du Centre-Corse, du Taravu, du Bassin de Vie de l’Ile-Rousse et celle du Fium’Orbu ont adhéré à la Charte de la langue corse. Les collectivités, établissements publics et offices se mobilisent également pour adhérer à la charte de la langue corse comme : l’Office de l’Environnement de Corse (OEC), l’Agence du Tourisme de la Corse (ATC), l’Agence de Développement Economique de Corse (ADEC), les chambres d’agriculture de Haute-Corse et de Corse du Sud, l’Office de l’Equipement Hydraulique de Corse (OEHC), l’Office du Développement Agricole et Rural de Corse (ODARC), l’Agence d’Aménagement durable de planification et d’Urbanisme de la Corse (AAUC), le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT), la Chambre de Commerce et d’Industrie de Haute-Corse, le Conseil Général de Haute-Corse.

D’autres acteurs de la société insulaire, privés, sportifs ou associatifs s’investissent eux aussi dans cette démarche de promotion de la langue corse. Ainsi, la Caisse de Développement de la Corse (CADEC), VITO Corsica, Luciani Distribuzioni, a Lega Corsa di Scacchi, l’ACA, le GFCOA, In Piazza magazine, l’association « Accademia di i Vagabondi », a Casa Balanina di a Lingua, la fédération des chasseurs de Corse du Sud, l’association du festival du film de Lama et l’association a Casa di u Populu Corsu d’Issy-les-Moulineaux, les amicales de corses de Marseille, Montpellier et Aix-en-Provence, le Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Haute-Corse (SDIS 2B), l’Union Régionale des Professionnels de la Santé (URPS), le syndicat mixte du pays de Balagne, la Fédération des Foires Rurales Agricoles et Artisanales de Corse (FFRAAC), Air Corsica, La Poste de Corse, l’Observatoire Régionale de la Santé en Corse (ORS), l’Aide à Domicile en Milieu Rural de Corse du sud (ADMR 2A), le groupement médico-social A Stella et les Chemins de Fer de la Corse (CFC) comptent parmi les signataires de la charte de la langue.

 

Résolument engagé pour la promotion de la langue corse, le Sporting s’associe au processus collectif qui vise à donner à la langue corse toute sa dimension au sein de la société. La convention d’objectifs sera dévoilée lors de la conférence de presse, tandis que les joueurs relaieront le message sur leurs vêtements d'échauffement.

À lire également

Ricevete a lettera