Le Sporting n'a pas existé

Le Sporting a ce soir livré sa plus mauvaise copie de la saison en s’inclinant lourdement du côté de Marseille. Rapidement menés aux scores, les bastiais n’ont jamais su trouver la recette pour parvenir à inquiéter l’OM et éviter le naufrage. Rendez-vous samedi face à Nice…

Rarement en verve lorsqu’il s’agit de se déplacer dans la cité phocéenne, Bastia savait une fois de plus qu’il aurait du pain sur la planche face aux hommes de Michel contraints de réagir après un début de saison en dent de scie.
Les débats s’ouvraient donc avec pas mal d’incertitudes de part et d’autre. Mais logiquement, ce sont les olympiens qui prenaient le jeu à leur compte face à une formation bastiaise plutôt bien en place à un tel point qu’aucun tir n’était à mettre à l’actif de l’OM jusqu’au quart d’heure de jeu. Un quart d’heure qui allait s’avérer fatal pour les bleus. A la suite d’un corner renvoyé par la défense, Mendy se retrouvait complétement esseulé à l’entrée de la surface et pouvait lober Hansen d’une magnifique frappe du plat du pied (1-0, 15’).
A l’instar des années précédentes, les bleus n’ont donc pas fait long feu au Vélodrome. Et Hansen s’y reprenait même à deux reprises pour capter une tentative d’Alessandrini six minutes plus tard… avant que les marseillais pêchent à nouveau dans la finition à l’approche de la demi-heure de jeu, alors que les joueurs de Ghislain Printant tentaient timidement d’approcher les buts de Mandanda.
L’ultime occasion de cette première période était d’ailleurs à mettre une nouvelle fois à l’actif des locaux mais la tentative d’Alessandrini, esseulé au second poteau, passait heureusement au-dessus des buts du gardien danois.
Mais hélas, l’ancien rennais allait rapidement se reprendre. Alors que Cahuzac et les siens peinaient à digérer le quart d’heure de répit, Alessandrini ne se faisait pas prier pour venir battre Hansen après 26 secondes de jeu en seconde période, après s’être joué d’une arrière-garde bastiaise plutôt passive sur le coup (2-0, 46’), de quoi sérieusement compliquer les affaires bastiaises. Car hormis une maigre tentative lointaine de Diallo boxée par Mandanda, cette formation bastiaise ne parvenait toujours pas à trouver le remède à ses maux.
L’addition se corsait même d’avantage peu après l’heure de jeu lorsque Alessandrini venait tranquillement s’offrir le doublé au milieu d’une équipe bastiaise sans réaction (3-0, 66’), avant que Batshuayi n’alourdisse la note (4-0, 70’)...
C'est finalement sur leur première véritable occasion de but que le Sporting allait sauver l'honneur. Sur un centre parfait de Palmieri, Brandao plaçait une tête imparable et s'offrait enfin son premier but sous le maillot insulaire (4-2, 78').
Une nouvelle fois, le Sporting repartait bredouille du stade Vélodrome et devra rapidement retrouver ses esprits pour effacer ce cuisant revers.

À lire également

Ricevete a lettera