Le Sporting ne répond pas

Sans idées, le Sporting s’incline fort logiquement ce soir du côté du stade Jean-Bouin d’Angers. Généreux, les coéquipiers de Gaël Angoula ont d’ailleurs buté sur un grand Jean-Louis Leca qui aura permis aux siens d’éviter le pire…

Soulagés par leur succès acquis sur Toulouse samedi dernier, les bleus savaient que leur déplacement à Angers n’aurait rien d’une sinécure, tant le promu n’en finit plus d’étonner et de détonner, notamment après sa victoire acquise sur la pelouse du Vélodrome ce dimanche.
Les premières minutes de la rencontre venaient d’ailleurs confirmer la donne. Bien plus volontaires, les angevins donnaient le ton dans cette rencontre. NDoye obligeait en effet Leca à donner le meilleur de lui-même, tandis que Thomas manquait le coche quelques minutes plus tard, alors que deux maigres tentatives étaient à mettre à l’actif des bastiais et d’Ayité puis Brandao plus précisément. C’est finalement après avoir perdu Yannick Cahuzac sur blessure que les hommes de Ghislain Printant lâchaient prise. Ketkeophomphone venait battre en deux-temps un Jean-Louis Leca impuissant… (1-0, 42’). Avant que ce dernier ne sorte le grand-jeu seulement une minute plus tard en repoussant le penalty de Camara, obtenu une fois encore par l’intenable Ketkeophomphone… De quoi tout de même donner le tournis au collectif bastiais submergé par la générosité du SCO.
On était alors en droit d’attendre une réaction des bleus pour les quarante-cinq dernières minutes. Le premier signal était envoyé par Fofana qui envoyait un missile en direction de la lucarne, mais c’était sans compter sur Butelle qui assurait l’essentiel en claquant le ballon. Son homologue turchinu, décidemment dans un grand jour, permettait lui aussi à son équipe de rester dans la partie quelques instants plus tard en sauvant les meubles sur sa ligne suite à une tête angevine. Et après une seconde période insipide, le dernier mot était encore à mettre à l’actif du portier turchinu qui à cinq minutes du terme de la partie, jouait une fois de plus les pompiers de service en allant chercher un ballon qui filait dans son petit-filet…
C’en était tout pour une nouvelle rencontre à oublier pour les bleus qui auront désormais quinze jours pour se remettre les idées en place avant de recevoir le Paris Saint-Germain…

À lire également

Ricevete a lettera