Le Sporting paye l'addition

Après avoir fait le plus dur en tenant le choc sur la pelouse du premier relégable et bien que réduit à dix en seconde période, Bastia a lâché prise au terme des arrêts de jeu sur un pénalty offert aux guingampais. Dur à encaisser pour les bastiais...

Ghislain Printant avait réservé une surprise aux guingampais et aux observateurs en proposant un inédit 3-4-3 pour cette 22ème journée de championnat. Et c’est plutôt dans de bonnes dispositions que ses joueurs débutaient la partie sur la pelouse d’un stade Roudourou où ils ne l’ont jamais emporté en Ligue 1. Rarement inquiétés par les locaux, les bastiais se payaient même le luxe de se procurer plusieurs situations intéressantes, sans toutefois que celles-ci se transforment en véritables occasions de but.
Il fallait en fait attendre le second acte de ce duel indécis pour voir les choses s’emballer. Mais après que Kamano, tout fraichement entré en jeu, ait manqué de peu l’ouverture du score, ce sont les guingampais qui partaient à l’abordage. A tel point que les blancs étaient tout heureux de conserver leur avantage sur les tentatives de Giresse et Benezet qui venaient s’écraser sur la barre de Jean-Louis Leca…
Si Cahuzac et les siens tenaient toujours le coup au tableau d’affichage, c’est finalement Ayité qui allait leur faire défaut. Vexé par une perte de balle, l’attaquant togolais perdait son sang-froid sur Giresse et était prié de regagner les vestiaires.
C'est un tout autre match qui s'ouvrait alors à Roudourou où l'EAG allait tenter le tout pour le tout. Mais face à eux, les insulaires faisaient front et tenaient la comparaison... Jusqu'à l'ultime minute des arrêts de jeu où M. Lesage venait offrir sur un plateau un penalty aux bretons, lesquels ne manquaient pas l'occasion de venir anéantir les espoirs turchini (0-1, 93'), encore plus douchés par l'expulsion de leur capitaine dans la foulée...

À lire également

Ricevete a lettera