Les bleus terminent en trombe !

Pour le dernier match amical de sa préparation, le Sporting se rendait pour la deuxième fois en quatre jours en Italie. Direction, cette fois, la station balnéaire de Lignano pour affronter l’Udinese. 14eme et 16eme lors des deux derniers championnat de Serie A, la formation italienne n’en reste pas moins une grande équipe italienne avec notamment deux participations à la Ligue des champions en 2011 et en 2012. Autant dire qu’il fallait s’attendre à une opposition de très haut niveau pour cette ultime sortie. D’autant qu’en face, un certain Antonio Di Natale se dressait devant les Bleus. Pour faire face à celui qui fut, et qui est peut-être même encore, l’un des tous meilleurs attaquants européens, Ghislain Printant pouvait compter sur la quasi totalité de son effectif. Seuls Cioni et Ba, envoyés en CFA pour gagner du temps de jeu après leurs blessures, et Keita (tête) et Houri (cuisse) étaient absents. Pour le reste, le coach lançait pour la première fois Seko Fofana mais récupérait surtout Brandao, à la pointe de l’attaque. Un Brandao qui n’allait pas perdre de temps pour se mettre en évidence. Dès la 6eme minute, sur une superbe ouverture de Diallo, Kamano lâchait tout le monde et centrait fort aux six mètres pour Brandao. Le Brésilien ne se faisait pas prier et ouvrait le score. Un but logique au vu du début de rencontre des Bastiais qui par l’intermédiaire d’Ayité s’étaient déjà montrés dangereux à la 2eme minute. Ayité que l’on retrouvait au quart d’heure de jeu. Bien lancé par Cahuzac, Kamano prenait, une nouvelle fois, le meilleur sur côté. Son centre parfait au second poteau trouvait Ayité qui du plat du pied doublait la mise. Parfaitement en place, le Sporting ne concédait que peu d’occasions mais se montrait surtout dangereux à chaque récupération de balle. Face à une équipe disposée en 3-5-2, les Bleus trouvaient quasiment à chaque fois une solution au milieu de terrain. La vitesse d’exécution du trio Ayité-Diallo-Kamano y étant pour beaucoup. Sans oublier les apports de Palmieri et Fofana, souvent aux avant-postes, pour apporter le surnombre.

Super Kamano

Et c’est justement sur une montée rageuse des milieux bastiais que le SCB allait tripler la mise. Malgré trois joueurs autour de lui, Cahuzac réalisait un superbe numéro dans la surface pour parfaitement décaler Kamano. Excentré dans la surface, le jeune attaquant croisait sa frappe et permettait aux siens de prendre le large (30eme). Deux passes décisives et un but en 30 minutes pour François Kamano ! Une première période parfaite pour les Bleus qui malgré la rudesse des interventions italiennes ont su garder leur calme.
Toujours dans le même dispositif et avec les mêmes hommes après la pause, les Bleus devaient faire face à la réaction d’orgueil d’une équipe italienne qui avait procédé à six changements. Une réaction illustrée notamment par le coup-franc de Dos Santos juste au dessus de la barre de Leca (49eme). Moins tranchant, au retour des vestiaires, le Sporting allait souffrir en seconde période. Mais comme au cours de toute sa préparation, le club bastiais pouvait compter sur un grand Jean-Louis Leca. Tout d’abord à la 63eme minute. Sur un corner repris par Piris, Leca s’envolait pour réaliser un arrêt de très grande classe. Huit minutes plus tard, il était encore à la parade sur une magnifique horizontale. Bousculés, les Bleus réagissaient timidement et Brandao ratait son doublé en venant buter sur Rafaël (65eme). En difficulté en fin de match, le Sporting allait finir par craquer. Tout d’abord sur un coup-franc d’Aguirre à la 88eme minute puis sur une tête de ce même Aguirre dans les arrêts de jeu. Un petit coup de mou finalement sans conséquence. Pour son dernier match amical, le Sporting s’impose et c’est bien là le plus important.

À lire également

Ricevete a lettera