Passer à autre chose...

Sanctionné en première période par un but contre son camp de François Modesto sur un corner monégasque, le Sporting ne s'est jamais relevé et a du subir la loi de la formation coachée par Jardim. Rendez-vous désormais pris avec Troyes dès samedi.

Nouveau match synonyme de nouvelle organisation proposée par François Ciccolini avec un inédit 4-3-2-1 sur la pelouse du Louis-II. Un organisation qui pouvait donner satisfaction aux observateurs puisque les coéquipiers de François Modesto tenaient la dragée haute aux monégasques en cette première période. Ainsi, peu d’occasions franches étaient à mettre à l’actif des locaux, si ce n’est cette frappe de Bernardo Silva superbement claquée par un Jean-Louis Leca décidemment impeccable.
Si les bleus, vêtus de gris pour l’occasion ne souffraient guère durant cette première demi-heure, ils peinaient toutefois à créer le danger sur les buts de Subasic.
Les coéquipiers de ce dernier se remettaient alors aux coups de pieds arrêtés pour tenter de trouver la faille. A la suite d’un corner, les bastiais se piégeaient eux-mêmes et François Modesto inscrivait un malheureux but contre son camp (0-1, 35’)…
Les monégasques, qui n’en attendaient pas tant, se contentaient alors de gérer leur avance tout en restant prudents.
De son côté, le Sporting apportait deux ajustements avec les entrées en jeu de Diallo et Brandao à la place de Kamano et Romain. Pour autant, la physionomie de la rencontre restait inchangée avec une formation insulaire qui faisait circuler le cuir, tandis que Monaco se procurait la seule opportunité du premier quart d’heure de cette seconde mi-temps par le biais de Vagner Love qui obligeait Leca à s’employer de fort belle manière.
Dès lors, le rythme baissait clairement d’intensité et les deux formations semblaient vouloir ne plus prendre le moindre risque… Jusqu’à la 73è minute de jeu et un centre à ras-de-terre de Dirar pour Bernardo Silva qui doublait tranquillement la mise (0-2, 73’)…
L’entraineur bastiais décidait alors de faire un ultime changement en économisant Toto Squillaci pour la venue de Troyes samedi, lequel était remplacé par Abdou Keita. On s’acheminait dès lors vers la fin d’une rencontre sans éclat, qui voyait le second du championnat dicter sa loi face à une formation bastiaise qui a sans doute gardé un peu de carburant pour sa prochaine rencontre…
Forza Bastia.

À lire également

Ricevete a lettera