Réponse à "La Provence"

LaProvence1.jpg

Furiani, le 5 avril 2016

A l’attention de MM.

Claude PERRIER, Directeur de la publication de « La Provence »

Jean LOMBARDOZZI, Chef des Sports

C’est avec sidération que ce jour, les lecteurs du Corse-Matin  ont pu lire en page 40 de leur quotidien « régional » certains commentaires pour le moins désobligeants émanant de deux journalistes marseillais, en l’occurrence MM. Alexandre Jacquin et Jean-Claude Leblois, à l’encontre du Sporting Club de Bastia.

Au sein d’un article intitulé « Silence, l’OM coule » ces tristes sires ont cru en effet utile de devoir préciser aux supporters marseillais que « (…) les décideurs olympiens ont choisi le stand-by. Quitte à risquer une nouvelle humiliation à Bastia, où Alessandrini, Rekik et leurs coéquipiers ont été en dessous de tout puisqu’ils se sont inclinés devant l’une des pires formations de Ligue 1 ».

Bien qu’étant tout à fait conscients que la liberté d’opinion est un droit fondamental.

Bien que depuis 2013, nous ayons tous pris acte que Corse-Matin  était désormais assujetti à La Provence  et qu’en vertu de ce nouvel hymen, et en lieu et place du Sporting et des clubs insulaires, on estime indispensable d’avoir droit, chaque jour que Dieu fait, à deux pleines pages sur l’OM, Consolat et autres équipes des Bouches-du-Rhône.

Bien qu’il soit pour le moins ubuesque de constater que dans la même édition du 5 avril on puisse lire en page 37 que le Sporting «  a pris 18 points en 10 matches et est 4ème de Ligue 1  sur la période concernée », avant de tomber sur l’ahurissante appréciation de la doublette de la Canebière trois pages plus loin.

Notre club ne peut aujourd’hui tolérer que de telles allusions, qui plus est dans un article ne concernant pas le Sporting, puissent non seulement être publiées dans un journal présumé sérieux mais surtout infligées au regard des joueurs, staff, dirigeants et à l’ensemble des supporters du SCB désireux de s’informer.

C’est pourquoi nous avons décidé, au nom de l’ensemble des composantes de notre club, de vous adresser ce jour cette lettre ouverte.

Nous le faisons pour vous dire que nous n’acceptons pas de tels raccourcis qui suintent la prétention et l’irrespect.

Nous le faisons pour rappeler à l’aimable rédaction phocéenne, qu’à la fin des années 70, au moment où l’OM était déjà au fond du gouffre, le Sporting marchait sur l’Europe en réalisant un des plus grands exploits du dernier demi-siècle, n’échouant qu’en finale et suite à des choix très contestables des instances françaises d’alors. Et que ce faisant, nous n’avons aucune leçon de football à recevoir, surtout en ce moment.

Nous le faisons pour vous dire qu’il n’y a pas que l’OM qui est actuellement « en dessous de tout » et que, coulant avec lui, c’est vous-mêmes qui devriez faire « SILENCE ».

En espérant être, le plus rapidement possible, enfin délivrés de votre prose dans un quotidien corse et selon la formule consacrée :

A bon entendeur, salut.

SPORTING CLUB DI BASTIA

 

 

 

 

 

À lire également

Ricevete a lettera