Un nul pour débuter

Pour son premier galop d’essai de sa préparation, le Sporting se présentait à Corté avec la quasi-totalité de ses forces vives. 18 joueurs sur le pont dont les deux petits nouveaux : Sadio Diallo et Yassine Jebbour. Seuls manquaient à l’appel : Sébastien Squillaci, Floyd Ayité et François Kamano. Les trois hommes étant préservés pour diverses raisons. Raison médicale pour Squillaci qui poursuit sa préparation individuelle suite à sa grosse blessure à la cuisse en fin de saison dernière. Quant à Floyd Ayité et François Kamano, ils étaient laissés au repos suite à leur retour tardif à l’entraînement après avoir participé aux éliminatoires de la CAN 2017 avec leur pays respectifs. Pour cette première sortie depuis la reprise, le 29 juin dernier, les Bleus étaient opposés au GFCA, récent promu en Ligue 1. Face à une équipe en pleine reconstruction avec également 18 joueurs sur la feuille de match, la rencontre promettait d’être intéressante. Une rencontre disputée dans des conditions météorologiques très compliquées. Sous un soleil de plomb et dans la cuvette du Stade Santos-Manfredi, les deux équipes souffraient physiquement dans les premières minutes. Pour autant la maîtrise technique et territoriale était à mettre à l’actif des Bleus. Bien en place et avec bien plus d’automatismes que leurs homologues ajacciens, les hommes de Ghislain Printant monopolisaient le ballon. Malheureusement ni Maboulou de la tête (1ere), ni Diallo d’une frappe puissante (5eme) ne trouvaient le cadre. Une maîtrise qui allait être mise à mal au fil des minutes par des Ajacciens, sans complexe. Ouertani d’une frappe lointaine (24eme) et Tshibumbu de la tête (14eme) inquiétaient Leca. Dans le dur de leur préparation avec déjà un mini-stage en montagne et deux à trois séances d’entraînement par jour, les partenaires de Cahuzac avaient du mal à accélérer le jeu au cours de la première période. Jusqu’à la 43eme minute et l’ouverture millimétrée de Sadio Diallo à destination de Brandao. Excentré sur le côté gauche, le Brésilien allumait des 18 mètres et obligeait Maury à repousser en catastrophe. A l’affût, Brandao récupérait le cuir et ouvrait le score d’une magnifique balle piquée. Tout simplement le premier but sous les couleurs du Sporting pour l’ancien attaquant de Saint-Etienne.

Les belles promesses de la jeunesse bleue

Au retour des vestiaires, la rencontre grimpait enfin en intensité alors que le soleil, lui, se couchait. Un peu de fraîcheur bienvenue pour les joueurs et notamment les Ajacciens qui dès la 46eme minute se montraient dangereux. Sur un coup-franc de 25 mètres, Ouertani obligeait Vincensini, tout juste rentré, à une claquette décisive. Les Bleus répondaient du tac-au-tac avec un superbe numéro de soliste de Koné mais son centre ne trouvait pas preneur (48eme). Malgré sept changements de part et d’autre, les deux formations ne semblaient pas perturbées et tentaient d’aller vers l’avant. Et sur une longue balle en profondeur, Adama Ba était tout près du break mais le Mauritanien ne cadrait pas ne sa tête (55eme). Sans complexe, la jeunesse bleue se mettait en valeur dans cette seconde période. Et après Koné et Ba, c’était au tour de Keita de se mettre en évidence sur une belle volée de 25 mètres, directement dans les bras de Maury (66eme). De quoi donner des idées à Lyes Houri. A la 74eme minute, le jeune milieu de terrain s’enfilait un superbe slalom mais sa frappe était contrée au dernier moment par Filippi. Sûrs de leur fait, les Bleus géraient parfaitement la fin de rencontre. Malheureusement dans les dernières secondes, Djiku fauchait Tshibumbu dans la surface. Pénalty pour le GFCA, transformé par Larbi (90eme). Un coup dur pour le Sporting qui après autant d’efforts et sous une chaleur accablante aurait mérité la victoire pour cette première sortie. Quoiqu’il en soit, ce match nul valide, tout de même, un bon début de préparation. Préparation qui se poursuivra dès lundi avec le départ en stage à Combloux. Stage où le Sporting disputera deux matchs amicaux face à Evian (14 juillet) et au Servette de Genève (18 juillet).

À lire également

Ricevete a lettera