Un Sporting au petit trot

troyes.jpg

Le Sporting pensait avoir fait le plus difficile en prenant l'avantage samedi soir au stade de l'Aube. Mais a force de reculer, c'est la lanterne rouge du championnat qui a trouvé les ressources nécessaires pour revenir dans la partie. Ce nouveau match nul à l'extérieur permet toutefois aux bleus de sortir de la zone rouge.

C’est dans un stade de l’Aube bien peu garni que troyens et bastiais s’affrontaient pour ce match de la peur. Incapables de remporter la moindre victoire en 18 journées, les locaux abordaient cette partie avec un nouveau visage à leur tête, celui de Claude Robin qui remplaçait Jean-Marc Furlan. Du côté bastiais, la donne était toujours la même, à savoir vaincre le signe indien et glaner enfin les 3 premiers points de cette première partie de saison à l’extérieur.
Les hostilités débutaient donc dans un schéma plutôt traditionnel pour les deux formations. Et ce sont les bastiais qui s’offraient la première occasion de la partie après 4 minutes de jeu par l’intermédiaire de Florian Raspentino dont la frappe spontanée passait tout près du montant gauche de Bernardoni. Cette première alerte allait en appeler une autre après vingt minutes de jeu, cette fois-ci du côté troyen. A la réception d’un corner mal-renvoyé, Cabot tentait une reprise de volée des 25 mètres qui effleurait le but de Jean-Louis Leca… Floyd Ayité lui répondait dans la foulée mais sa tentative ne trouvait toujours pas le cadre. Les débats s’animaient donc clairement dans l’Aube entre deux formations à la recherche d’un succès. Et cette tendance venait rapidement se confirmer. Lancé sur son côté gauche, Floyd Ayité embrouillait la défense troyenne avant de servir Seko Fofana qui venait tranquillement battre Bernardoni du plat du pied (0-1, 23’). Le premier but du milieu de terrain prêté par Manchester City intervenait au meilleur moment pour les hommes de Ghislain Printant désormais libérés d’un poids.
Naturellement, les locaux repartaient aussitôt à l’attaque. Mais plutôt bien en place, les bastiais contenaient parfaitement leurs velléités offensives et s’offraient même quelques incursions dans la défense adverse. Jean-Louis Leca faisait même valoir toute sa classe peu avant le quart d’heure de répit en s’envolant dans les airs pour repousser un coup-franc de Camus. La fin de période penchait clairement du côté troyen avec une nouvelle tentative signée Cabot quelques instants plus tard, heureusement sans danger.

Bien qu’en avance au tableau d’affichage, les bastiais savaient qu’ils devraient montrer du caractère pour tenir leur avance en seconde mi-temps. C’était en tout cas la direction prise par le collectif bastiais qui repartait vers l’attaque avec des intentions plus franches. Toutefois, les troyens ne se laissaient pas malmener, à l’instar de Cabot qui venait tout près de venir tromper Jean-Louis Leca peu avant l’heure de jeu. Ce n’était finalement que partie remise pour le jeune attaquent aubois. A la suite d’un corner troyen, Cabot adressait une frappe limpide côté opposé. Leca était battu (1-1, 59’).
Tout était alors à refaire pour les coéquipiers de Modesto qui avaient pourtant le match en mains… Dès lors, les cartes étaient redistribuées et les locaux reprenaient fort logiquement espoir. Ghislain Printant décidait alors d’effectuer deux premières retouches avec les entrées de Peybernes et Ngando aux places de Mostefa et Coulibaly. Le Sporting repartait alors timidement à l’assaut des buts de Bernardoni, à l’image de ce raid de Brandao qui servait Ayité puis Ngando dont la frappe ne trouvait pas le cadre… Le chronomètre défilait lentement et les deux équipes se livraient coup pour coup, sans parvenir à faire la décision. Mais alors que l’on se dirigeait vers la fin de la rencontre, l’ESTAC venait toucher du bois et le Sporting pouvait lui souffler…
Ce nouveau point du nul ne faisait guère les affaires troyennes mais venait faire timidement gonfler le capital points des insulaires qui n’auront pas le droit à l’erreur samedi face à Reims pour l’ultime sortie de l’année à Furiani.

À lire également

Ricevete a lettera